Metalworking CNC lathe milling machine. Cutting metal modern pro Metalworking CNC lathe milling machine. Cutting metal modern pro
Irene Sterian Headshot
Irene Sterian
President and CEO - ReMAP Network

Tech Adoption for Canada’s Advanced Manufacturing SMEs

Published on

Le texte français suit ci-dessous.

Takeaways

  1. Technology adoption in Canada’s manufacturing sector will be the catalyst for the creation of even more jobs.
  2. De-risking technologies is key to helping SMEs in the manufacturing sector accelerate their tech adoption.
  3. Technology adoption will make Canadian manufacturing businesses more competitive, allowing the establishment of a local supply chain.

Action

SMEs in the manufacturing sector need government support in order to implement technology adoption at the appropriate rate. With the acquisition of more resources and talent, manufacturing businesses will become more resilient and competitive, thus benefiting our local supply chains.


Tell us about the REMAP Network.

The REMAP Network actually stands for Refined Manufacturing Acceleration Process and we are a technology accelerator. 

Hardware should not be hard. We are trying to integrate hardware, software and artificial intelligence into new products and processes. That includes digital product design and digital products that involve hardware, software and AI in them, as well as digital manufacturing processes, which means connecting sensors in data between machines.

That is really what we want to leverage in Canada because there is a global economy and other countries are leveraging these technologies. 


What are the opportunities for the Canadian manufacturing sector going forward, especially post-COVID 19?

The manufacturing sector is in a precarious position. It contributes almost 10% of Canada’s GDP but it has been declining over the last several years. Manufacturing is very important to our future growth and for jobs because manufacturing has a spill-over effect on jobs. One advanced manufacturing job can create three secondary jobs around installation, service and maintenance. Rockwell Automation did a study that said that one automotive manufacturing job creates a spin-off effect of eight jobs and one electronics manufacturing job creates a spill-over effect of 16 secondary jobs. There are a lot of technology-dependent jobs that are good jobs around manufacturing. This is not just around manufacturing processes such as product design; it is also in terms of the installation of those products as well as maintenance and service of those products.

“Canada needs to build its manufacturing capacity back up and increase the industry’s 10% GDP contribution to a higher number.”

COVID-19 has shown us the fragility of our manufacturing supply chains in Canada. We did have discontinuities. For example, we could not find labs to perform blood testing or parts to design our own ventilators. We also could not find antimicrobial materials in our geography and had to import them from other places. We are still experiencing a parts shortage globally. Canada needs to build its manufacturing capacity back up and increase the industry’s 10% GDP contribution to a higher number.


Where does Canada stand in terms of digitally transforming our manufacturing sector? 

Smart manufacturing is the optimization of existing assets and the investment in transformer technologies to improve products and processes. The process involves asking when to automate, where data needs to be collected and when one should prototype digitally versus physically. 

The biggest problem with small and medium-sized enterprises (SMEs) in Canada is their technology adoption. Canada is very good at technology generation and research development in academia, but our technology adoption falls short. The challenge is how to get SMEs to take that leap and start technology adoption.

“Technology adoption is not one-size-fits-all—there is a different answer for different companies.”

What ReMAP Network tries to do is design a blueprint for these companies to see where they have gaps. Technology adoption is not one-size-fits-all—there is a different answer for different companies. We have done this for over 450 different SMEs and the blueprint is different for each one of them.

One of the reasons manufacturers want to adopt technology is because they just cannot find talent. The average age for a welder nowadays is 55 and companies that need to do welding just cannot find the skill set. There are companies that are now revolutionizing and disrupting welding by automating it. One example is Novarc Technologies out in British Columbia. They built a spool welding robot which basically does a collaborative robot partnership with a welder. This means the person working with the robot now needs to know more about data, computers, programming and vision systems than they need to know about welding. This is disrupting the industry by making room for more meaningful work at SMEs and changing the image of manufacturing.

One challenge is the investment needed for tech adoption. Investing in hardware is a big leap for SMEs and the machines are very high priced, sometimes between $500,000 to $1 million, though these machines do last for as long as 20 years. However, the software that the machines run on may change every six months. 

Right now, there is not a lot of data but our REMAP estimate is that 97% of manufacturing companies in Canada know that they need to adopt new technologies but only 16% of them have a plan. Other countries such as Germany have plans where every industry has been mapped and the gaps have been identified. They have proactive plans to increase technology adoption and digitization, especially industry 4.0 adoption. Canada needs to catch up to that in terms of even just being aware that we are behind.

Content continues below ↓

What needs to be done and by who to increase tech adoption among Canadian manufacturing businesses? 

Canada needs to do two things to increase the adoption of technology. First, technologies need to be de-risked so that SMEs in Canada can afford to implement them. Government can help to de-risk through partnerships with organizations such as the National Research Council of Canada Industrial Research Assistance Program (NRC IRAP) or other provincial programs where technology investment can be the focus.

Secondly, the provision of skills and support is needed to make tech investments successful. We need to provide advisors or mentors and also help companies reskill existing talent and acquire new talent. There are government programs such as Mitacs that can do that but I also look to industry for education programs and to individuals for continuous learning. Individuals should look out for trends in the industry and learn how to keep their jobs relevant. Technology is changing at an exponential rate but the rate of tech adoption is linear.


How do our supply chains have to be redesigned to increase the security of our domestic production capacity?

COVID-19 has exposed the gaps in our manufacturing supply chains. One of the gaps is that we are very good at prototype development but not at volume manufacturing and exporting out of Canada. We really need to focus on volume manufacturing supply chains. There are four ways to go about this: two of them are short-term while the other two are long-term plans for how to make our supply chains more resilient. 

“Canada needs to diversify its supply chains in terms of geographic diversity as well as industry diversity.”

The first two points are around other supply chains. Canada needs to diversify its supply chains in terms of geographic diversity as well as industry diversity. For example, a nuclear lab might also be able to do blood testing for COVID-19. Another suggestion is the sourcing of multiple suppliers. We should not rely on single sourcing anymore but on the dual and even triple sourcing of parts around the world.

Then longer-term recommendations relate to Canadian supply chains. Canada needs to create new domestic suppliers instead of relying on suppliers outside of Canada. This may take some time in terms of regulatory standards and the qualifications and certifications of those new standards for suppliers. The last point is the idea of “made in Canada” solutions. This means conducting product design and manufacturing here. We need to design our own products and manufacture those products in Canada. Increasing automation and robotics can make the cost of manufacturing more competitive in Canada.

Overall, developing our supply chains from idea to market to manufacturing means we cannot think in silos anymore. We have to work together from academic research to government and industry, all collaborating together to create supply chains not just for making prototypes but for volume manufacturing. 


What has to be done to support more women entering the manufacturing sector?

A government report recently mentioned that there will be a gap of 60,000 advanced manufacturing jobs in Canada over the next 10 years, and 24,000 of those jobs will be targeted towards women. The challenge now is how to attract women to those jobs and how to market these new jobs to them.

I found a quote from Rockwell Automation that said, “What we have is not a manufacturing problem; it’s a public relations problem. That presents us with an opportunity because image problems can be solved more readily than fundamental manufacturing problems.” We need to elevate the perception of manufacturing jobs as careers that create products and processes that make the world better. The World Manufacturing Foundation has done a lot of work in terms of changing the image of manufacturing.

“Younger employees, including men under 40, have higher expectations of gender diversity at all levels within companies.”

Diversity will create a stronger workforce and so having of everything in the manufacturing workforce will be great. Younger employees, including men under 40, have higher expectations of gender diversity at all levels within companies. Involving men as well as women in creating a diverse workforce will attract more talent and we will not have that 60,000 job gap.


Who and what would you pitch to make Canada a leader in advanced manufacturing? 

I would pitch the Minister of Small Business, Export Promotion and International Trade and the Minister of Innovation, Science and Economic Development. SMEs make up 99% of Canadian companies, 90% of all jobs in Canada and 85% of new jobs in Canada, but they face a technology gap. Canada has a strong academic, startup and entrepreneurial ecosystem as well as the development of great research ideas, but we need to translate them into economic benefit. SMEs are the engine of that transformation. We need to educate SMEs and the government should give them the same benefits as multinational companies, as well as the resources and talent they need so they can take on greater risk, understand technology and business opportunities, pivot to new sectors, export to new markets, create local resilient supply chains and innovate without fear of failure.


Version française

L’adoption de la technologie pour les PME de fabrication de pointe du Canada

Points clés

  1. L’adoption de la technologie dans le secteur manufacturier canadien sera le catalyseur de la création d’encore plus d’emplois.
  2. La réduction des risques liés à l’adoption des nouvelles technologies est essentielle pour aider les PME du secteur manufacturier à accélérer leur adoption des technologies.
  3. L’adoption de la technologie rendra les entreprises manufacturières canadiennes plus compétitives, permettant l’établissement d’une chaîne d’approvisionnement locale.

Appel à l’action

Les PME du secteur manufacturier ont besoin du soutien du gouvernement pour mettre en œuvre l’adoption de la technologie au rythme approprié. Avec l’acquisition de plus de ressources et de talents, les entreprises manufacturières deviendront plus résilientes et compétitives, profitant ainsi à nos chaînes d’approvisionnement locales.


Parlez-nous du réseau d’Accélération de l’amélioration des processus de fabrication (AAPF).

Nous sommes un accélérateur technologique.

L’équipement manufacturier ne doit pas être difficile. Nous essayons d’intégrer l’équipement, les logiciels et l’intelligence artificielle dans de nouveaux produits et processus. Cela inclut la conception de produits numériques et les produits numériques qui impliquent de l’équipement, des logiciels et de l’IA, ainsi que des processus de fabrication numériques, ce qui signifie connecter des capteurs de données entre les machines.

C’est vraiment ce que nous voulons exploiter au Canada, car il y a une économie mondiale et d’autres pays tirent parti de ces technologies.


Quelles sont les opportunités futures pour le secteur manufacturier canadien, en particulier après le COVID-19?

Le secteur manufacturier est dans une situation précaire. Il contribue à près de 10 % du PIB du Canada, mais il a diminué au cours des dernières années. La fabrication est très importante pour notre croissance future et pour l’emploi, car la fabrication a un effet multiplicateur sur l’emploi. Un emploi de fabrication de pointe peut créer trois emplois secondaires autour de l’installation, de l’entretien et de la maintenance. Rockwell Automation a réalisé une étude selon laquelle un emploi dans la fabrication automobile crée un effet secondaire de huit emplois, et un emploi dans la fabrication électronique crée un effet multiplicateur de 16 emplois secondaires. Il y a beaucoup d’emplois focalisés sur la technologie qui sont de bons emplois dans le secteur manufacturier. Il ne s’agit pas seulement de processus de fabrication tels que la conception de produits mais également en termes de l’installation des équipement ainsi que de l’entretien et du service de ces équipements.

La COVID-19 nous a démontré la fragilité de nos chaînes d’approvisionnement manufacturières au Canada. Nous avons eu des discontinuités. Par exemple, nous n’avons pas pu trouver de laboratoires pour effectuer des tests sanguins ou de pièces pour concevoir nos propres ventilateurs. Nous n’avons pas non plus pu trouver de matériaux antimicrobiens dans notre géographie et avons dû les importer d’autres endroits. Nous connaissons toujours une pénurie de pièces dans le monde. Le Canada doit renforcer sa capacité de fabrication et augmenter la contribution de 10 % du PIB de l’industrie manufacturière à un nombre plus élevé.


Quelle est la position du Canada en ce qui concerne la transformation numérique de notre secteur manufacturier?

La fabrication intelligente est l’optimisation des actifs existants et l’investissement dans les technologies de pointe pour améliorer les produits et les processus. Le processus consiste à demander quand automatiser, où les données doivent être collectées et quand prototyper numériquement ou physiquement.

Le plus gros problème des petites et moyennes entreprises (PME) au Canada est leur adoption de la technologie. Le Canada est très bon dans la génération de technologies et le développement de la recherche dans le milieu universitaire, mais notre adoption de la technologie est insuffisante. Le défi est de savoir comment amener les PME à franchir ce pas et à commencer l’adoption de la technologie.

Ce que l’Accélération de l’amélioration des processus de fabrication (AAPF) essaie de faire, c’est de concevoir un plan pour ces entreprises afin de voir où elles ont des lacunes. L’adoption de la technologie n’est pas universelle : il y a une réponse différente pour différentes entreprises. Nous l’avons fait pour plus de 450 PME différentes et le plan est différent pour chacune d’entre elles.

L’une des raisons pour lesquelles les fabricants souhaitent adopter la technologie est qu’ils ne peuvent tout simplement pas trouver de talent. L’âge moyen d’un soudeur est aujourd’hui de 55 ans et les entreprises qui ont besoin de souder ne peuvent tout simplement pas trouver ces compétences. Il existe aujourd’hui des entreprises qui révolutionnent et bouleversent le soudage en l’automatisant. Un exemple est Novarc Technologies en Colombie-Britannique. Ils ont construit un robot de soudage de bobines qui forme essentiellement un partenariat de robot collaboratif avec un soudeur. Cela signifie que la personne travaillant avec le robot doit désormais en savoir plus sur les données, les ordinateurs, la programmation et les systèmes de vision qu’elle n’a besoin d’en savoir sur le soudage. Cela perturbe l’industrie en faisant de la place pour un travail plus significatif dans les PME et en changeant l’image de la fabrication.

L’un des défis est l’investissement nécessaire pour l’adoption de la technologie. Investir dans le matériel est un grand pas pour les PME et les machines sont très chères, parfois entre $500,000 $ et $1,000,000, bien que ces machines durent jusqu’à 20 ans. Cependant, le logiciel sur lequel les machines fonctionnent peut changer tous les six mois.

“97% des entreprises manufacturières au Canada savent qu’elles doivent adopter de nouvelles technologies, mais seulement 16% d’entre elles ont un plan.”

À l’heure actuelle, il n’y a pas beaucoup de données, mais notre estimation est que 97% des entreprises manufacturières au Canada savent qu’elles doivent adopter de nouvelles technologies, mais seulement 16% d’entre elles ont un plan. D’autres pays comme l’Allemagne ont des plans où chaque industrie a été cartographiée et les lacunes ont été identifiées. Ils ont des plans proactifs pour augmenter l’adoption de la technologie et la numérisation, en particulier l’adoption de l’industrie 4.0. Le Canada doit se rattraper, ne serait-ce qu’en sachant qu’il est en retard.


Qu’est ce qui doit être fait, et par qui, pour accroître l’adoption de la technologie parmi les entreprises manufacturières canadiennes?

Le Canada doit faire deux choses pour accroître l’adoption de la technologie. Premièrement, il faut réduire les risques liés à l’adoption des technologies afin que les PME canadiennes puissent se permettre de les mettre en œuvre. Le gouvernement peut aider à réduire ces risques grâce à des partenariats avec des organisations telles que le Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) ou d’autres programmes provinciaux où l’investissement technologique peut être la cible.

Deuxièmement, la mise à disposition de compétences et de soutien est nécessaire pour que les investissements technologiques aient du succès. Nous devons fournir des conseillers ou des mentors et également aider les entreprises à recycler les talents existants et à acquérir de nouveaux talents. Il existe des programmes gouvernementaux comme Mitacs qui peuvent le faire, mais je me tourne également vers l’industrie pour les programmes d’éducation et vers les individus pour l’apprentissage continu. Les individus doivent rechercher les tendances de l’industrie et apprendre comment garder leur emploi pertinent. La technologie évolue à un rythme exponentiel, mais le taux d’adoption de la technologie est linéaire.


Comment nos chaînes d’approvisionnement doivent-elles être repensées pour accroître la sécurité de notre capacité de production nationale ?

Le COVID-19 a révélé les lacunes de nos chaînes d’approvisionnement de fabrication. Une des lacunes est que nous sommes très bons dans le développement de prototypes, mais pas dans la fabrication en volume et l’exportation hors du Canada. Nous devons vraiment nous concentrer sur les chaînes d’approvisionnement pour la fabrication en volume. Il y a quatre façons de procéder : deux d’entre elles sont à court terme tandis que les deux autres sont des plans à long terme pour rendre nos chaînes d’approvisionnement plus résilientes.

“Le Canada doit diversifier ses chaînes d’approvisionnement en termes de diversité géographique ainsi que de diversité industrielle.”

Les deux premiers points concernent d’autres chaînes d’approvisionnement. Le Canada doit diversifier ses chaînes d’approvisionnement en termes de diversité géographique ainsi que de diversité industrielle. Par exemple, un laboratoire nucléaire pourrait également être en mesure de faire des tests sanguins pour le COVID-19. Une autre suggestion est l’approvisionnement de plusieurs fournisseurs. Il ne faut plus compter sur un approvisionnement unique mais sur un approvisionnement double voire triple de pièces à travers le monde.

Ensuite, les recommandations à plus long terme concernent les chaînes d’approvisionnement canadiennes. Le Canada doit créer de nouveaux fournisseurs nationaux au lieu de dépendre de fournisseurs à l’extérieur du Canada. Cela peut prendre un certain temps en termes de normes réglementaires et de qualifications et certifications de ces nouvelles normes pour les fournisseurs. Le dernier point est l’idée de solutions « faites au Canada ». Cela signifie conduire la conception et la fabrication du produit ici. Nous devons concevoir nos propres produits et fabriquer ces produits au Canada. L’augmentation de l’automatisation et de la robotique peut rendre le coût de fabrication plus compétitif au Canada.

Dans l’ensemble, développer nos chaînes d’approvisionnement de l’idée au marché en passant par la fabrication signifie que nous ne pouvons plus penser en silos. Nous devons travailler ensemble, de la recherche universitaire au gouvernement et à l’industrie, en collaborant tous ensemble pour créer des chaînes d’approvisionnement non seulement pour la fabrication de prototypes, mais aussi pour la fabrication en série.


Que faut-il faire pour soutenir davantage de femmes entrant dans le secteur manufacturier?

Un rapport du gouvernement mentionnait récemment qu’il y aura un écart de 60 000 emplois dans le secteur de la fabrication de pointe au Canada au cours des 10 prochaines années, et 24 000 de ces emplois seront destinés aux femmes. Le défi maintenant est de savoir comment attirer les femmes vers ces emplois et comment leur vendre ces nouveaux emplois.

J’ai trouvé une citation de Rockwell Automation qui disait : « Ce que nous avons n’est pas un problème de fabrication ; c’est un problème de relations publiques. Cela nous offre une opportunité car les problèmes d’image peuvent être résolus plus facilement que les problèmes de fabrication fondamentaux. » Nous devons élever la perception des emplois manufacturiers comme des carrières qui créent des produits et des processus qui rendent le monde meilleur. La World Manufacturing Foundation a beaucoup travaillé pour changer l’image de la fabrication.

La diversité créera une main-d’œuvre plus forte et donc avoir de tout dans la main-d’œuvre manufacturière sera formidable. Les employés plus jeunes, y compris les hommes de moins de 40 ans, ont des attentes plus élevées en matière de diversité des genres à tous les niveaux au sein des entreprises. L’implication des hommes et des femmes dans la création d’une main-d’œuvre diversifiée attirera plus de talents et nous n’aurons pas cet écart de 60 000 emplois.


Que proposeriez-vous – et à qui – pour faire du Canada un chef de file en la fabrication de pointe?

Je m’adresserais au ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international et le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique.

“Les PME représentent 99 % des entreprises canadiennes, 90 % de tous les emplois au Canada et 85 % des nouveaux emplois au Canada, mais elles font face à un écart technologique.”

Les PME représentent 99 % des entreprises canadiennes, 90 % de tous les emplois au Canada et 85 % des nouveaux emplois au Canada, mais elles font face à un écart technologique. Le Canada possède un solide écosystème universitaire, de démarrage et d’entreprise ainsi que le développement d’excellentes idées de recherche, mais nous devons les traduire en avantages économiques. Les PME sont le moteur de cette transformation. Nous devons éduquer les PME et le gouvernement devrait leur donner les mêmes avantages que les entreprises multinationales, ainsi que les ressources et les talents dont elles ont besoin pour qu’elles puissent prendre plus de risques, comprendre les opportunités technologiques et commerciales, se tourner vers de nouveaux secteurs, exporter vers de nouveaux marchés, créez des chaînes d’approvisionnement locales résilientes et innovez sans craindre l’échec.

Related Content Spotlight VideoSpotlight on the Future of High-Tech Manufacturing
ManufacturingInnovationTech
Kapil Lakhotia_London Manufacturing Featured Interview VideoMidsized City Manufacturing Above its Weight Kapil Lakhotia President & CEO - London Economic Development Corporation
ManufacturingInvestment AttractionTech Adoption
Spotlight VideoSpotlight on London Manufacturing
ManufacturingInvestment Attraction
Featured Interview Advanced Manufacturing: Leveraging tech to customize manufacturing Jayson Myers CEO - Next Generation Manufacturing Canada (NGen)
ManufacturingPolicy
Irene Sterian Headshot
Irene Sterian
President and CEO - ReMAP Network

Bio: Irene Sterian is the President and CEO of ReMAP Network. She is also the Director of Technology and Innovation Development at Celestica as well as a member of the Board of Directors at the Ontario Society of Professional Engineers. From 2017 to 2018, she was the Acting CTO of NGen Canada, Canada’s Advanced Manufacturing Supercluster in Ontario. 

Organization Profile: ReMAP Network is a technology accelerator and network made possible through Canada’s Business-led Networks of Centres of Excellence program. The aim of the network is to bring small and large industry partners, research organizations and academic institutions together to build a product enablement supply chain for growth and innovation.