Check Out our “COVID-19 Rebound” Video Series Here
Cecilia Benoit
Professor - University of Victoria

Canadian Research on Marginalized Groups

Published on

Listen to the Podcast:

Takeaways

  1. Marginalized groups are Canada’s future workers, and they should receive sufficient structural support early on.
  2. Criminalizing substance users and sex workers significantly impedes their ability to participate productively in the Canadian economy.
  3. Community-based organizations have been working with marginalized groups for decades, but lack of funding is limiting their effectiveness.

Action

A concerted effort to provide more structural supports by way of increasing wages, housing, childcare programs, education, and more has to be undertaken by the government in order to help marginalized communities realize their full potential. The government must provide substantial, long-term funding to researchers and community-based organizations in order to facilitate the work needed to uplift these communities, as well as consider revising policies and laws currently in place.

Les vidéos sont sous-titrés en français et le texte français suit ci-dessous.


What does winning the Killam Prize mean to you, your team, and the work you do?

Thank you very much for the congratulations. I am honoured to receive the award.

The research my team and I have been concerned with over these decades has to do with understanding the social inequities and social exclusion of marginalized groups in Canadian society. When I first began my career, I was focused on trying to answer the question of why is women’s work, which is often what we call today care work, excluded completely from the economy or when included, treated poorly in regard to economic return but also not seen as prestigious work?

“Why is women’s work, which is often what we call today care work, excluded completely from the economy?”

I have been doing research on the occupation of midwives and was able to actually help influence legislation around the inclusion of midwives in the Canadian healthcare system and to give a choice to consumers around childbirth.

I have also been concerned with and done research around marginalization of youth in our cities and youth coming from disadvantaged families, and how to build economic, educational, and other supports to improve their life chances. Most recently, in the last decade and half, I have been doing research on one of Canada’s most marginalized and stigmatized groups: people who work in sex work.


Why is a focus on marginalized groups important to the future economy and what will be the impact if these groups can thrive?

The marginalized groups in Canadian society are our future workers. A lot of the main reasons why marginalized groups are socially excluded has to do with the inequities we have in regard to our programs and our policies. What we are doing right now is undervaluing them. They are often involved in work that is low prestige or low pay, and they move from one occupation to another or in-and-out of the formal/informal economy because they are searching for a way to make a living and to provide for themselves and their families.

If we were to improve the situation of the marginalized groups that I have been working with, which often overlap across different populations, then Canada could have a much stronger workforce and much more protected economy. Right now, we hire and fire them without realizing their potential, so if we can bring the structural supports to them early on in life and then provide them along the way, we would have a much more diversified and healthier workforce, and hence economy.


What large systemic inequities exist in Canadian law, policies, and programs, and who do they impact most?

The large inequities that I see as a sociologist have to do with some of the criminal code laws that we in Canadian society, which bar individuals from being recognized as Canadians.

I am thinking about our prostitution laws and some of the substance user drug laws that we have. What they end up doing is putting people in criminalized situations rather than in situations where they actually could improve their life’s chances and become productive members of society.

Our social and economic policies also provide wages that are too low for people to be able to make a living and do not provide supports early on in life: childcare, free education, and housing supports to families that are struggling. Their children then end up as adults trying to make a living but facing an economy or jobs that do not give them much income. Also, they do not have the supports and assets they would like to have or need to have in order to thrive.

“Our social and economic policies also provide wages that are too low for people to be able to make a living and do not provide supports early on in life.”

It is a structural problem, all the way from the federal level to the provincial and territorial level, and into our municipalities and communities. We need to think about a holistic approach to changing the economy.

Content continues below ↓

What must be done to improve the health, safety, and dignity of marginalized groups in Canada?

As a researcher and someone who tries to influence policy, I believe we need to work first and foremost with the communities in which these people live their lives.

There are lots of strong community-based organizations that have been working for decades to try and improve the situations of street-involved youth, sex workers, and families who are dealing with substance use and other problems.

We need to work with them to sustain funding so that they can help the people in their communities, but also to change the policies, because they know what is on the ground. They have formed the research and they know what needs to be done in order to change the situation over the long-term for the individuals within their agencies that they are helping. I see that as a bottom-up approach rather than a top-down approach. We still have to change national laws and provincial and territorial policies, but it has to be driven by communities, and researchers can help out with that, but we should not be in the lead.


Why is it important to promote the social sciences in Canada?

Social scientists and sociology, which I am most familiar with, have always trained our students to develop what I call a sociological eye or a discernment about the inequities that exist in all capitalist societies and in other types of societies before we had capitalist societies.

“These are not individual problems; they are structural problems. They have to do with the distribution of power in a society and we can change them.”

We need to understand that there is a way of seeing the world where some people are considered more equal than others and some people are discriminated against not because of their genetic makeup but because of how power is distributed in society.

The recent events during the pandemic with #BlackLivesMatter and Indigenous uprisings across Canadian society shows you again how important it is to have a sociological eye to these problems. These are not individual problems; they are structural problems. They have to do with the distribution of power in a society and we can change them. They are not inevitable.

A part of that too is the stigma and indignities that go with those inequities, and that we can change as well. It is hard to do, but we can empower our Indigenous communities to be proud of themselves and to be able to show their self-worth and the amazing knowledge they have and how it could be used in the economy. We can do that with other disadvantaged groups.

Sociology and all of other social sciences are just different ways of seeing the world and it is extremely important to be able to understand that those inequities exist due to power mal-distribution and that it can be changed.


What areas of research coming out of Canadian academic institutions are you most excited about?

I am most excited about working in interdisciplinary environments. I am located at the Canadian Institute for Substance Use Research, and we have there a wide variety of scientists ranging from the health and biological to social sciences, and we are conducting research that is multidisciplinary and very community-based.

“Increasingly, research is becoming more interdisciplinary and we are much better researchers because of it.”

As a sociologist and in particular with the concerns that I have been interested in, you cannot do it alone. You need to think about the economic, geographical, and other aspects of the concerns, and you need to consult people who have that expertise. Increasingly, research is becoming more interdisciplinary and we are much better researchers because of it.

Most of the research questions that we are investigating come from communities, they are relevant, and they need addressing urgently. Then, we put our minds together and work with our students and the community leaders to think about how we can approach, get the best empirical evidence, and think about the policy implications for them.

Most of the time, there are no list of individuals to interview, many of the populations we interview are hidden or are hard to reach, so we have to come up with very innovative ways of reaching them and gaining their confidence.


If you had 30 seconds to pitch to a person or group in Canada with the power to strengthen and improve Canada’s excellence in research, who would you pitch and what would you urge they do?

I would pitch it to the Prime Minister and I would ask for long term and substantially higher funding to our Tri-Councils, which are Canadian Institutes of Health Research (CIHR), the Natural Sciences and Engineering Research Council of Canada (NSERC) and the Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC), so that we can fund the top research proposals that get sent their way, evaluated by scientists like myself. Most of them get turned down.

We end up funding between 8% and 15% of proposals from our young scholars and even people who have been in the field for a long time. That is a waste of human potential and we could be doing much better research, have the answers to the questions much quicker, and have a greater influence internationally if there was continuous, long-term, and substantial funding to the agencies that the government has appointed to lead the way in regard to research.


Any final thoughts?

My final thought is that I am still amazed that I have received the prize because as you can tell by the research I have been doing, it is not necessarily seen as star research or research that fits the Nobel Prize area.

In fact, sociologists tend not to be seen in that limelight, so it is really a wonderful feeling to be able to talk about sex work research and see that people at the national-level committees selected me to hold this prize for these communities that often are not seen as research-worthy or as having a voice.

That is the takeaway for me: to actually do the work that you want to do, follow the passion that you have as a researcher, and do not worry what it looks like in the public eye because at the end of the day, if you are true to the people that you are doing research with, you are going to be a winner in whatever way that may be.


Version française

La recherche sur les groupes marginalisés au Canada  

Takeaways

  1. Les groupes marginalisés sont les futurs travailleurs du Canada, et ils devraient recevoir un soutien structurel suffisant dès le début.
  2. La criminalisation des toxicomanes et des travailleuses du sexe nuit considérablement à leur capacité de participer de manière productive à l’économie canadienne.
  3. Les organisations communautaires travaillent avec des groupes marginalisés depuis des décennies, mais le manque de financement limite leur efficacité.

Action

Un effort concerté pour fournir plus de soutiens structurels en augmentant les salaires, le logement, les programmes de garde d’enfants, l’éducation et plus encore doit être entrepris par le gouvernement afin d’aider les communautés marginalisées à réaliser leur plein potentiel. Le gouvernement doit fournir un financement substantiel et à long terme aux chercheurs et aux organisations communautaires afin de faciliter le travail nécessaire pour élever ces communautés, et envisager de réviser les politiques et les lois en place actuellement.


Tout d’abord, félicitations. Vous êtes l’une des cinq personnes ayant remporté un prix Killam en 2020. C’est un honneur de vous interviewer, et nous avons hâte de vous entendre. Pourquoi ne pas commencer en parlant brièvement de votre domaine de recherche et en nous disant ce que la réception d’un prix Killam signifie pour vous, votre équipe et votre travail? 

Merci beaucoup pour les félicitations. Je suis honorée de recevoir ce prix. 

Les recherches de mon équipe portent, ces dernières décennies, sur la compréhension des inégalités sociales et sur l’exclusion sociale des groupes marginalisés de la société canadienne. Au début de ma carrière, j’essayais de répondre à la question suivante : pourquoi le travail des femmes, ce qu’on appelle aujourd’hui souvent le « travail des soins », est-il complètement exclu de l’économie, ou lorsqu’il est inclus, pourquoi est-il traité avec peu d’égards pour ce qui est du rendement économique, et vu comme peu prestigieux? 

“Pourquoi le travail des femmes, ce qu’on appelle aujourd’hui souvent le « travail des soins », est-il complètement exclu de l’économie?”

J’ai fait des recherches sur le travail des sages-femmes et j’ai pu contribuer à influencer la loi autour de l’inclusion des sages-femmes dans le système de santé canadien afin de donner un choix aux consommatrices en ce qui concerne la naissance. Je me suis aussi préoccupée de la marginalisation des jeunes dans nos villes, et des jeunes qui viennent de familles désavantagées, pour chercher à savoir comment bâtir des systèmes économiques et éducatifs, de même que d’autres formes de soutien, afin d’améliorer leurs chances dans la vie. Plus récemment, depuis une quinzaine d’années, je m’intéresse à l’un des groupes les plus marginalisés et stigmatisés au Canada : les personnes qui travaillent dans l’industrie du sexe. 


Pourquoi est-il important pour l’économie de l’avenir de s’intéresser aux groupes marginalisés, et quelles seraient les retombées si ces groupes pouvaient s’épanouir? 

Les groupes marginalisés de la société canadienne sont notre main d’œuvre du futur. Ils sont souvent exclus socialement en raison d’inégalités dans nos programmes et nos politiques. En ce moment, nous les dévalorisons. Ils accomplissent souvent du travail peu prestigieux ou mal payé, et ils passent d’un emploi à l’autre, dans l’économie formelle ou informelle, parce qu’ils cherchent des façons de gagner leur vie et de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille.  

Si on améliorait la situation des groupes marginalisés avec lesquels j’ai travaillé, qui proviennent généralement de plusieurs populations, alors le Canada pourrait disposer d’une main d’œuvre beaucoup plus solide et d’une économie mieux protégée. Actuellement, nous les embauchons et les congédions sans réaliser leur potentiel, donc si on pouvait instaurer du soutien structurel très tôt dans leur vie, puis leur fournir du soutien tout au long de leur cheminement, on aurait une main d’œuvre beaucoup plus diversifiée et en meilleure santé, ce qui se répercuterait sur l’économie. 


Quelles sont les grandes inégalités systémiques qui existent dans les lois, les politiques et les programmes du Canada, et sur qui ont-elles les pires conséquences? 

Les grandes inégalités que j’observe en tant que sociologue ont un rapport avec les lois du Code criminel qui, dans notre société canadienne, empêchent certaines personnes d’être reconnues comme canadiennes. Je pense aux lois sur la prostitution et à certaines lois sur la consommation de drogues. Ce qu’elles font, c’est de criminaliser les gens, plutôt que de les placer dans des situations où ils peuvent améliorer leur vie et devenir des membres productifs de la société. Nos politiques sociales et économiques font aussi en sorte que les salaires sont trop bas pour que les gens en vivent, et elles les empêchent de profiter de soutien tôt dans leur vie : les services de garde, l’éducation gratuite et le soutien au logement pour aider les familles en difficulté. Leurs enfants deviennent adultes et essaient de gagner leur vie, mais ils font face à une économie ou à des emplois peu rémunérateurs. Ils ont besoin de soutien et d’atouts pour pouvoir s’épanouir. 

“Nos politiques sociales et économiques font aussi en sorte que les salaires sont trop bas pour que les gens en vivent, et elles les empêchent de profiter de soutien tôt dans leur vie.”

C’est un problème structurel, qui va du fédéral aux provinces et territoires, et jusque dans nos municipalités et communautés. Il faut penser à une approche holistique pour modifier l’économie. 


Que doit-on faire pour améliorer la santé, la sécurité et la dignité des groupes marginalisés au Canada? 

En tant que chercheuse et personne qui essaie d’influencer les politiques, je crois qu’il faut d’abord travailler avec les communautés où ces personnes vivent leur vie. 

Il y a plusieurs organismes communautaires solides qui essaient depuis des années d’améliorer la situation des jeunes de la rue, des travailleurs et travailleuses du sexe et des familles aux prises avec la toxicomanie et d’autres problèmes. Il faut travailler avec eux pour assurer le financement dont ils ont besoin pour aider les gens dans la communauté, mais aussi pour modifier les politiques, parce qu’ils ont une expérience sur le terrain. Ils ont orienté nos recherches et savent ce qui doit être fait pour changer la situation à long terme pour les personnes qu’ils aident. Je vois cela comme une approche du bas vers le haut plutôt que l’inverse. Il faut quand même modifier les lois nationales et les politiques provinciales et territoriales, mais ce travail doit être mené par les communautés, et les chercheurs peuvent y contribuer, mais ne devraient pas mener le bal. 


Pourquoi est-il important de promouvoir les sciences sociales au Canada? 

Les scientifiques de ce domaine, notamment de la sociologie, la science que je connais le mieux, ont toujours formé leurs étudiants à avoir un regard sociologique, un certain discernement par rapport aux inégalités qui existent dans toutes les sociétés capitalistes, et dans les autres sociétés avant l’avènement du capitalisme. 

Il faut comprendre qu’il y a une façon de voir le monde en vertu de laquelle certaines personnes sont considérées comme plus égales que d’autres, et qu’on discrimine certaines personnes, pas en raison de leur bagage génétique, mais en raison de la distribution du pouvoir dans la société. Les récents événements survenus durant la pandémie, avec les soulèvements des mouvements #BlackLivesMatter et des voix autochtones dans la société canadienne nous montrent l’importance de porter un regard sociologique sur ces enjeux. Ce ne sont pas des problèmes individuels, ce sont des problèmes structurels. Ils ont tout à voir avec la distribution du pouvoir dans la société, et nous pouvons changer cela. Ce n’est pas irréversible. 

“Ce ne sont pas des problèmes individuels, ce sont des problèmes structurels. Ils ont tout à voir avec la distribution du pouvoir dans la société, et nous pouvons changer cela.”

Une autre partie de cela est la stigmatisation et les humiliations qui vont avec ces inégalités, et que nous pouvons aussi changer. C’est difficile, mais c’est possible. Nous pouvons habiliter les communautés autochtones, les rendre fières d’elles-mêmes, et capables de montrer leur valeur et les connaissances incroyables qu’elles possèdent, et voir comment on pourrait les mettre à profit dans notre économie. Nous pouvons faire cela avec d’autres groupes désavantagés. 

La sociologie et les autres sciences sociales sont simplement d’autres façons de voir le monde, et il est extrêmement important d’être en mesure de comprendre que ces inégalités existent en raison d’une mauvaise distribution du pouvoir, et que celle-ci peut être changée. 


Quels domaines de recherche étudiés dans les établissements d’enseignement canadiens vous emballent le plus? 

Ce qui m’emballe le plus, c’est de travailler dans des environnements interdisciplinaires. Je travaille à l’Institut canadien de recherche sur les toxicomanies, où travaille toute une gamme de scientifiques du domaine de la santé et de la biologie, sans oublier des sciences sociales, et nous menons des recherches multidisciplinaires et très axées sur la communauté. 

“De plus en plus, la recherche se fait interdisciplinaire, et nous sommes de bien meilleurs chercheurs grâce à cela.”

En tant que sociologue intéressée par certains champs d’intérêt, je ne peux pas tout faire seule. Il faut penser aux aspects économiques, géographiques, etc. des situations, et il faut consulter les gens qui ont cette expertise. De plus en plus, la recherche se fait interdisciplinaire, et nous sommes de bien meilleurs chercheurs grâce à cela. 

La plupart des questions de recherche auxquelles nous nous intéressons proviennent des communautés. Elles sont donc pertinentes, et urgentes. Puis, nous mettons nos esprits en commun et travaillons avec nos étudiants et les leaders communautaires pour voir comment nous pouvons approcher la question, obtenir des faits empiriques et penser aux implications possibles pour eux, sur le plan des politiques. La plupart du temps, il n’y a pas de liste de personnes à interviewer. La plupart des gens que nous voulons interviewer sont cachés ou difficiles à joindre, alors il faut trouver des manières très novatrices de les contacter et de gagner leur confiance. 


Si vous disposiez de 30secondes pour présenter vos arguments à une personne ou à un groupe du Canada qui a le pouvoir de renforcer et d’améliorer l’excellence en recherche au pays, à qui vous adresseriez-vous, et que leur diriez-vous de faire? 

Je m’adresserais au premier ministre, et je lui demanderais de mieux financer, et à long terme, nos trois conseils, c’est-à-dire le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) afin que nous puissions financer les meilleurs projets de recherches que nous recevons, et qui sont évalués par des scientifiques comme moi. La plupart se font refuser. Nous finissons par financer entre 8 et 15 % des propositions de jeunes chercheurs, et même de gens qui sont dans le domaine depuis longtemps. C’est une perte de potentiel humain, et nous pourrions mener de bien meilleures recherches, répondre à nos questions plus rapidement et avoir une plus grande influence à l’international s’il y avait du financement continu, à long terme et important de la part de ces organismes nommés par le gouvernement pour diriger les efforts de recherche. 


Le mot de la fin? 

Je dirais que je suis encore étonnée d’avoir reçu ce prix, parce que la recherche que je fais n’est pas nécessairement perçue comme prestigieuse, ou digne d’un prix Nobel. En fait, les sociologues travaillent souvent dans l’ombre, et c’est un sentiment merveilleux de pouvoir parler du travail du sexe et de voir des personnes dans des comités au niveau national me sélectionner pour ce prix, au nom de ces communautés qui ne sont pas toujours perçues comme dignes d’être étudiées, ou qui n’ont pas de voix. Ce que je retiendrais, en fait, c’est qu’il faut faire le travail qui nous passionne, suivre notre voie comme chercheurs et ne pas douter ou nous en faire pour l’opinion publique, parce qu’au bout du compte, si nous nous montrons authentiques avec les gens avec qui nous faisons la recherche, nous sommes toujours gagnants, peu importe le domaine. 

Cecilia Benoit
Professor - University of Victoria

Bio: Cecilia Benoit is a Professor in the Department of Sociology at the University of Victoria and a Scientist at the Canadian Institute for Substance Use Research (CISUR). Her research focuses on the inequities embedded in laws, policies, programs, and research agendas at multiple levels of government. She is a recipient of numerous awards, including the Governor General’s Award in Commemoration of the Persons Case and most recently, the Killam Prize.

 

Organization Profile: The University of Victoria is one of Canada’s leading research-intensive universities. With over 535 patents filed and 1080 invention disclosures to date, it is also consistently among the top universities in North America for international research collaboration.

 

Bio: Cecilia Benoit est professeure au Département de sociologie de l’Université de Victoria et scientifique à l’Institut canadien de recherche sur l’usage de substances (CISUR). Ses recherches se concentrent sur les inégalités intégrées dans les lois, les politiques, les programmes, et la recherche à différents niveaux de gouvernement. Elle est
récipiendaire de nombreux prix, dont un Prix du Gouverneur général et, plus récemment, le prix Killam.

Profil de l’organisation: L’Université de Victoria est l’une des principales universités à forte intensité de recherche au Canada. Avec plus de 535 brevets déposés et 1,080
inventions à date, elle figure également parmi les meilleures universités d’Amérique du Nord pour la collaboration internationale en matière de recherche.