Sustainable Food Systems: Canada as A World Leader in Agricultural Sustainability

Published on
Panelists
  • Dr. Ellen Goddard Professor at the Faculty of Agricultural, Life and Environmental Sciences - University of Alberta
  • François Belzile Professor in the Plant Science Department - Université Laval
  • Chris Grainger President and CEO - Harvest Genomics
  • Rob Annan President and CEO - Genome Canada

Le texte français suit ci-dessous.

Listen to the Podcast:

Takeaways

  1. Research that does not result in commercial gains must still be undertaken to help develop key solutions for sustainability in the agriculture industry.
  2. Genomic solutions will play a critical role in helping Canada face the challenges of nutrition, food security, climate change and inflation.
  3. The Canadian public is relatively receptive to the use of genomic technologies, but public perception can be improved through better transparency.

Action

Key stakeholders in the genomics field must work on different transparency mechanisms to instill better confidence in the public regarding genomics technologies. Public contributions will be greatly beneficial to the ability of genomic researchers to determine the most important areas of research.


Rob Annan: I am pleased today to be hosting a panel with TheFutureEconomy.ca entitled Sustainable Food Systems: Canada as A World Leader in Agricultural Sustainability. 

First, I would like to begin the event with a territorial acknowledgement, both as a reminder and a call-to-action for ourselves and others. I am recording from the town we call Toronto and the rest of us are coming to you from various places across Canada. The land that I am on is home to many nations, including the Mississaugas of the Credit, Chippewa, the Haudenosaunee and the Wendat peoples. I want to recognize both past and ongoing injustices perpetrated against Indigenous peoples as part of the colonial project in Canada, including violence, suppression, land theft and harmful attempts to erase culture. 

Today, we are going to be talking about sustainable agriculture, a subject that is very close to our hearts at Genome Canada. Genome Canada is a national federally-funded not-for-profit organization that works in partnership with provinces, industry and civil society across sectors including health, natural resources and agriculture. We invest in and coordinate large-scale genomics research and innovation projects, focusing on research data and talent to generate solutions to today’s biggest challenges. 

“Canada is one of the only countries using the power of genomics to address not just human health, but also issues with agriculture, natural resources and climate change.”

We have a 20-year history of funding genomic research in Canada and we work with an enterprise of genome centers and researchers across the country. Today, we are going to be discussing how best we can leverage the power of genomics to further the development of sustainable food systems in Canada and become a world leader in this space. We will have a discussion about the role of different stakeholders in making that happen. I am particularly interested and excited about the topic, as Genome Canada has funded several world-leading projects in this space. In fact, Canada is one of the only countries using the power of genomics to address not just human health, but also issues with agriculture, natural resources and climate change. 

Genome Canada is currently supporting several investments in this area, including a recently-launched $30 million initiative to reduce our carbon footprint and support the economic growth of Canadian agriculture and food systems. 

Before we jump into the conversation, I want to take a moment to introduce our panellists who are experts, researchers and leaders funded through Genome Canada in various ways. First, I would like to introduce François Belzile, Professor in the Plant Science Department at Université Laval. He works in close cooperation with plant breeders and his lab is developing new molecular genetics and genomic tools to help grow new crop varieties with desirable traits, such as greater resistance to pests. 

This research has already led to the marketing in Quebec in the Atlantic provinces of several new varieties of barley, as well as a brand-new line of soy crops that are highly tolerant to the plant disease sclerotinia. His research has contributed to the development of expertise and leadership in plant genotyping and has served as the foundation for the SoyaGen Project. Dr. Belzile is funded through Genome Canada on several projects looking to improve yield and disease resistance in short-season soybeans and developing tools to support breeders in choosing the most promising crosses to develop high-yield early-maturity varieties in less time and at a reduced cost. 

Next, we have Ellen Goddard, Professor at the Faculty of Agricultural Life and Environmental Sciences at the University of Alberta. Over the past 30 years, Dr. Goddard’s research has been focused on agricultural economics, exploring domestic and international markets for food products, particularly meat and livestock, for policy analysis purposes. Her current research includes various aspects of food marketing, including consumer response to food safety incidents, consumer interest in labels, traceability and certification and public risk costs of the introduction of new technologies and agriculture. Dr. Goddard is a lead researcher on six livestock genomics projects funded by Genome Canada, including work on animal disease resilience and feed efficiency. Her research is focused on exploring and understanding policies and management techniques within the food supply chain.

Finally, we have Chris Grainger, President and CEO of Harvest Genomics. He has a personal connection to the agricultural industry, starting with his upbringing in rural Ontario, where he spent his summers on his grandparents’ farms. He previously managed the plant genomics lab in the Department of Plant Agriculture at the University of Guelph. This was followed by an M.Sc. in Plant Breeding Genetics, before he founded Harvest Genomics, which provides genetic services for the agricultural sector. 


Let us jump into the questions. What are sustainable food systems?

Chris Grainger: This question is very topical, given the recent impact of inflation on food prices here in Canada. Sustainable food systems are really about the interplay between different areas of the food production system. Generally speaking, the main components of a sustainable food system are the environmental impact of food production itself. This includes land resource management and the carbon footprint related to greenhouse gas emissions. The second component is around mitigating threats to the health of the plants and animals that make up our food supply. The third component is the economics of producing food, whether that is around the logistics of transporting our food supply throughout the country or ensuring that we have profitability for farmers and food producers. Ensuring the sustainability of farming operations is critical to sustainable food systems here in Canada.

“Sustainable agriculture is critical for sustaining life in the future.”

Ellen Goddard: Our lives depend on safe and nutritious food. Sustainable agriculture is critical for sustaining life in the future. As far as the economic impact of this goes, the agrifood sector in Canada may seem small, but it actually employs about 2.1 million people and represents about 7% of our GDP. One key point is that everybody in Canada eats. On average, we only spend about 10% of our disposable income on food, putting us in very elite company worldwide. In some countries, some people spend 50% to 60% of their disposable income on food. Should agriculture and the agrifood system not be sustainable in the future, the cost of food and imports will go up and a variety of environmental degradations may happen. All of this will incur additional costs for Canadian society. It is critical that we maintain this sector as sustainable into the future, particularly when you think about the amount of land that is devoted in the country to agricultural production and how many economic spinoffs occur throughout the rest of the food supply chain.

François Belzile: Contrary to what a lot of people may think, Canada is a far cry from where we were a century ago when subsistence farming was predominant. Now, farming is a business and food production occurs on a large scale where we have highly specialized operations that are revenue driven. Everything needs to be considered in terms of profitability and sustainability. There are also long-term considerations to be made with regard to how interconnected we are with world markets. We all saw what happened last winter with the situation in Ukraine. Everything in our farm systems is affected by energy prices, access to markets and more. Farming today is a very modern and highly specialized type of food system. Some of the vulnerabilities of that are because we are so interconnected with world markets. A lot of the crops and even some of the livestock raised in Canada are meant for export markets. This represents a tremendous opportunity and our producers are very good at meeting that international demand. 

However, one of the vulnerabilities is that there are some limitations or restrictions that are imposed on us by countries that want to favour their own producers. In the pork and canola industry, for instance, some countries have raised their import duties. Another important vulnerability is climate. For one, crops are highly dependent on the weather, such as rainfall and drought. Climate has tremendous potential to impact producers’ capacity to meet world market needs. 

Rob Annan: I will admit that as somebody who grew up in an industrial town in Canada, I had very outdated notions of farming with the farmer on the tractor with their thumb in the soil. When I first visited a modern farm, I was struck by the amount of science and research being used in the field. 


Let us talk about that technology. What are some of the solutions genomics can provide to help us address the challenges of our agricultural systems?

Chris Grainger: We can define genomics in two categories for this field. We have genomics for food production and genomics for food safety. When we talk about food production, it usually means looking at the realm of crop and animal breeding. I am just old enough to be part of the Sanger sequencing era. Having all these next-generation technologies come online has been game-changing. They have represented such a tremendous shift in how we not only produce genetic or genomic data but how we integrate it. There is also the technology of using computational resources. It is one thing to produce a sea of genomic data but it is another thing to make sense of that and distill that down into its most impactful parts. 

“Universal testing technologies allow us to do a much better job of identifying risks in food safety.”

In terms of food safety, we are also in a tremendous era with DNA sequencing technology becoming the norm as it creates a common language, which is the language of ATGC (adenine, cytosine, guanine and thymine). This allows us to create standardized methods of testing no matter what part of the food chain we are in. Whether you are a primary producer, processor, or consumer, you may want to track and trace different pathogens. Universal testing technologies allow us to do a much better job of identifying risks in food safety and then making integrated pest management decisions to keep the food system healthy.

François Belzile: Genomics will have a tremendous impact on helping us select the right crop variety for the right environment. My team and I have been developing tools that are able to inform farmers about the presence of a specific type of pathogen, such as a fungal agent that is in the soil, that causes disease, lowers yield and therefore decreases profitability. With coronaviruses, for example, we know that there are different variants. Similarly, for any sort of pathogen, there are multiple variants as well.

Disease resistance genes for plants like soybean can only provide protection against certain variants, a bit like how a vaccine can only be for specific types of viruses. Now, with genomic tools, we can correctly identify what specific type of pathogen is present. This helps breeders design crops that have proper resistance mechanisms to overcome that specific agent. Genomics enables the provision of information, at no additional cost, to farmers so they can overcome disease pressures and not rely on things like fungicides. 

“Genomics will play an important role in how we deal with the rapidly changing challenges around plant and animal disease as a result of being in an integrated global market.”

Ellen Goddard: One of our biggest vulnerabilities is in the area of plant and animal disease. Genomics will play an important role in how we deal with the rapidly changing challenges around plant and animal disease as a result of being in an integrated global market. These diseases leap species. Look at all the debate surrounding COVID-19. Did it come from bats? Did it come from other animals? We cannot control these things but we have choices in the genomic tools that we use to treat them. There is a great project that some colleagues in the US worked on for citrus greening in the orange industry. They are looking at using gene editing to treat either insects or the orange trees themselves, in an effort to figure out which of those strategies is the best for dealing with the problem of citrus greening. 

The best strategy will be the least costly and most effective. However, there are broader challenges at play in terms of what is more acceptable to society. However, the fact that genomics is giving us choices means that we are going to be more agile in responding to the challenges of plant and animal disease. We have to make sure the public understands this particular role of genomics.

“We need to stop thinking about agriculture, human health and the environment in isolation but in a more holistic and integrated way.”

Rob Annan: I am certainly struck by your comments about the intersection of human and animal health with the transmission of viruses such as COVID-19. We need to consider this “one health” concept as we think about the relationship between agriculture, human health and the environment. We need to stop thinking about agriculture, human health and the environment in isolation but in a more holistic and integrated way. It is clear that we are going to need a multisectoral approach. 

Content continues below ↓

Who are the key players in a multisectoral approach to unlocking the potential of genomics? What roles must each group play?

François Belzile: There are different incentives for different types of research goals. A lot of the research that we have now is in collaboration with the private sector. Those research initiatives are going well in the sense that there are incentives on all parts to collaborate and achieve a common goal. Oftentimes, these research projects are focused on outcomes that will allow industry to recoup their investments through some mechanism, such as selling better or more seed. 

Where we have a deficiency is in public good research, where nothing that comes out of it is necessarily going to benefit a specific private actor in the system. However, this kind of research brings overall benefits. For example, if there is research on how to mix different crops on a farm to get diversification, no direct actor is going to necessarily recoup the costs of that. This is why the government needs to step up to support broader research that is less easy to monetize. After all, this research has its benefits in terms of ensuring sustainable farms that nurture soil health and reduce disease pressure. But, that may come at a cost that cannot be recoupled, and we cannot expect industry to be focused on addressing those needs.

“In the last 20 years or so, there has been a decrease in public spending on agricultural research while private spending has increased.”

Ellen Goddard: There is a need for publicly funded research that will pick up some of the gaps that do not appear to have economic returns to specific agents. Historically, agricultural research has always had a strong element of public funding. This was because it was believed that key players in the agrifood system would under-invest in research that has broader public good aspects. But, that trend has shifted. In the last 20 years or so, there has been a decrease in public spending on agricultural research while private spending has increased. This will leave holes in terms of the solutions that get adopted. 

There was a vaccine for E. Coli that was developed for cattle back when there was a crisis around E. coli in the livestock industry. However, that particular vaccine was not widely adopted. Today, it is probably not in commercial production. Even if we develop solutions that have public good aspects, it is not necessarily the case that those solutions will be widely adopted commercially. We have to understand that there may be gaps in how that process operates. Maybe farmers found the vaccine incredibly expensive. Maybe retailers and processors figured out other ways of ensuring safety in the system or they did not need to prove the case that their cattle were vaccinated in order to convince the public that the product was safe. 

Decisions on what topics need to be researched require collaboration among industry, government, scientists and the public. Scientists are only going to do research on things that they find critical. But, we cannot leave the public out of this debate. We should always develop research priorities by including the public perspective, which is something we have traditionally not done as well as we should have. This has meant that we sometimes get backlash after the fact. We should include the public more directly at the beginning to ensure their priorities in terms of sustainable food systems are being met, and also to provide a broader understanding of what some of the significant challenges are. This can make the public more accepting of the types of technologies we use.

Chris Grainger: Canada needs to streamline the funding for the entire process from research to commercialization. Usually, what happens is that discovery and development happen at public institutions. The natural segue to that is how to get that out of manuscripts and into the forefront of different economies. We then must also consider that we are not only dealing with national competition but also international global competition. 

The genomics scene cannot only try to work within Canada as a silo. We need to acknowledge the broader global competitive landscape. We must enhance our entrepreneurial ecosystem within Canada in the genomics space. The BioCreate Program in Ontario is a great example. It will help to foster not only innovation but the commercialization aspect as well. 

“Not all research is going to have a monetization factor, but that does not mean they should not happen.”

The commercialization and industrial side need to link more closely with the solutions that are being developed. Not all research is going to have a monetization factor, but that does not mean they should not happen. But, we need to find ways to more effectively identify and create concrete commercialization plans to monetize those discoveries and compete at a global level with them.


What are the policies we need to support sustainable agriculture and food systems?

François Belzile: People respond to signals. If Canada puts in place policies and incentives that reward certain behaviours and management practices, growers are going to respond to those. These policies could come in different forms, such as proper regulations in for how farmers gain access to different farm pesticides and frameworks for greenhouse gas limits. If there are rewards for practices that minimize those types of emissions, people will respond to those. 

“Incentives usually work far better than regulation.”

Ellen Goddard: Incentives usually work far better than regulation. The combination of regulation and incentives has to be predicated on the specific issue we are trying to resolve. Unfortunately, this means there will not be a single fix for the issues we face in sustainability. We also need to understand all the different agendas along a supply chain that go from the farm to the final consumer. We need to understand the environmental footprint of food production, as well as the carbon footprint and other kinds of footprints associated with it.

At the moment, we often resort to comparisons in debates about sustainability. For example, there are many comparisons between cow’s milk and oat milk in terms of how sustainable production is at the farm level. However, we know little about the modifications that happen at the processing level of dairy substitutes. For instance, there is a need to add protein to plant-based products to make them nutritionally equivalent to animal-based products. There are many questions that we still have about what is more sustainable. Things like labelling, measuring and establishing standards should become part of our policy rubric to enhance our understanding of these things, both for consumers and non-consumers, as well as for scientists to look at the cost-benefit analysis of different types of research projects.

“We still have work to do in terms of disentangling public perception of a given technology from policy.”

Chris Grainger: It is important to realize that we have different regulatory frameworks, whether at a national or international level. I will zero in on gene editing as a great technology in that space. We may have a wonderful regulatory network here in Canada with plants with novel traits, or P- and T-systems. But, we want to export our commodities to other countries that might not have that same regulatory space. So, we still have work to do in terms of disentangling public perception of a given technology from policy and that is still a major challenge. When the average person hears about genomic technologies and agriculture, they instantly zero in on GMOs (genetically-modified organisms), which is still a polarizing topic in society. We still have to be mindful of that aspect when we are setting different agendas and policies.


What is the public perception of genomics and how can we increase literacy around this issue?

François Belzile: One of the great challenges is that, within the Canadian population, only a small fraction is actively engaged in food production. 99% of people are consumers. There is a real disconnect between the person grocery shopping and the person on the farm doing production. I am always sad to see that when these issues come to the front and center in the media, it usually revolves around something new to be afraid of or farmers being blamed for their cows belching methane into the environment. 

“It is going to be a long-standing challenge to talk about genomics, also because the content is technologically heavy.”

It is really challenging to be heard and give examples of how these technologies are leading to positive changes. It is going to be a long-standing challenge to talk about genomics, also because the content is technologically heavy and not always easy to communicate effectively to the public.

Ellen Goddard: Having spent 10 years doing research on exactly this issue in different contexts, I have found that it is far more nuanced than we think. I do not think that the public at large is avoiding GMOs in Canada. If I asked people on a survey, which I have been doing since 2000, whether they would consume genetically modified fruits and vegetables, almost 60% of the population will consume genetically modified foods. That number goes up to 80% when the question is about consuming foods that have genetically modified ingredients, such as margarine. Many people already know that our foods are genetically modified. However, fear comes whenever a new phenomenon is associated with the use of some of these technologies. Complete transparency about what we are developing and researching as well as transparency about the regulatory process will quell fears about genomics.

“Both scientists and society should be delighted if there is some regulatory oversight for some of our technologies.”

Try looking up the environmental and human health implications of the AquaBounty salmon. It was thoroughly investigated by government agencies, but try finding mentions of it on government websites now. We have to be front and center about these things. Both scientists and society should be delighted if there is some regulatory oversight for some of our technologies. I have some livestock science colleagues who say they do not need any regulation over the use of gene editing to get rid of diseases in pigs, for example. But the truth is that the public takes comfort in the fact that somebody objective and trusted is looking at these technologies before they enter the marketplace. The public may never read the label. They may never look up the documents I suggested about the AquaBounty salmon, but they take a lot of comfort in knowing that oversight has taken place. This implies more work for regulators, scientists and farmers to try and communicate this message, but we have to continually refine this process of transparency around why we are doing the research, what the benefits could be and what the tradeoffs are if we do not do the research.

Rob Annan: It sounds like you are reasonably optimistic that transparency and oversight actually create greater trust with the public that in the end benefits all of us.

Ellen Goddard: I am. My beliefs were a bit shaken by some of the responses to the COVID-19 vaccines, but the problem there was that it was all coming at us way too fast. We did not have time to build the bridges that we needed to build to make people comfortable. Most people have some memory of vaccines taking 30 years to develop and so the whole concept of developing it in a few months seemed terrifying. We need to keep addressing this issue so that the same problems do not happen the next time.

Rob Annan: This aligns with some of the work we did recently at Genome Canada where we found that the more precise you get with the questions in terms of specific applications, the more comfortable people will be with that technology, though still a little unsure. Once you start to actually ask about environmental and health benefits and so on, people are more ready to see the cost-benefit analysis of said technology in a positive light. 

Chris Grainger: There are some interesting changes with regard to the public’s relationship with genomics prior to the pandemic and now after the pandemic. Essentially, we could not turn on the news for two years without some talk of the PCR test or variants at the front and center. The public was given a relatively fast and short course in genetic technologies, but that was kind of thrust onto the public. When I talk to friends and colleagues who are not in this profession, I have found that they have already had enough of the terms PCR test and variant. Still, we have opened the door to make wonderful analogies with the agricultural sector and we can use what the public knows about COVID-19 as a segue into what is with human healthcare generally. 

“It is up to us, as scientists or industry, to push for the education of the public when it comes to genomics.”

We have been doing this kind of technology and testing in agriculture for 25 years, and we now have a way to open that conversation. The public, on one side, has some apprehension about genomic technologies, especially genetic engineering. But, they are also curious. We have seen success for companies like 23andMe, where people spit in a tube to find out a little bit about themselves. It is up to us, as scientists or industry, to push for the education of the public when it comes to genomics. We need to explain where the key differences lie between hardcore genetic engineering and simply using genomic technologies for general genotyping, for example, and how those different technologies are being used in different food systems. 

It is also not always just about gene editing. We have been using DNA markers in plant and animal breeding for decades. Now, genomic selection has come onto the scene. These elements have nothing to do with genetic engineering, per se, but hold tremendous potential. We just need to make sure that the public understands these key differences.


How can we get different stakeholders to work more efficiently in our food systems supply chains?

Ellen Goddard: Some multinational firms, which are pretty dominant in the agrifood sector globally, are actually driving some of that cooperative behaviour. Companies may be looking for a particular kind of farmer behaviour. While they mostly operate in, say, the United States, they also deal with farmers from other countries on these issues. This generates interest on the part of farmers and other competitive players in the supply chain to do things in a different way. 

In some senses, the multinational nature of our supply chains can help feed commonality across countries in examining which things work in which things do not. This is at a more general level where we will be able to figure out which incentives drive behaviour and what research outcomes are particularly attractive to farmers, processors, retailers and more. 

The issue of intellectual property can sometimes become a challenge in making people work together. This could be along or across supply chains. There are some ways that we can apply technologies in different contexts, and people may want to capture intellectual property rights in one supply chain for economic benefits. That said, intellectual property rights encourage investment in research. This is a challenging issue because without intellectual property rights, there is no economic agenda for some players to participate.

“We should look at distributing intellectual property between the public and private sector to drive collaboration.”

Canada needs to diversify our research funding models to be more inclusive of other aims and objectives.

François Belzile: In some areas, intellectual property has been a limiting factor. One of the areas where Canada has really created an opportunity for itself is in our research ecosystem, which for years, has been very nurturing of relationships and collaborations between different stakeholders. That is a great strength of ours. However, this only feeds a certain type of research. If we want to have an impact on a broader scale, especially in the sustainable agriculture area, Canada needs to diversify our research funding models to be more inclusive of other aims and objectives. What has served us well for certain areas of research is not necessarily what will best suit other types of research. 


What are the opportunities for Canada in terms of sustainable agriculture? What kind of global leadership role can we take?

Chris Grainger: Canada can be a leader in not only the development of research but in the application of precision agriculture technologies, whether that is through genomics, precision phenotyping systems or blockchain technology for traceability within the food system. We need diversification of funding across the entirety of the food chain system and have our research zeroed in on all these different elements. We have tremendous research ecosystems and talent but we just need to make sure that we can execute across the different areas where we can be leaders, whether it is robotics, greenhouses or artificial intelligence. 

“Matching the agricultural technology we use in our food systems with geographic needs is really important.”

Canada needs a more strategic vision on how we want to integrate various technologies within the food system and identify the differences in the food systems of different geographical locations within the country. In Western Canada, there is more farming. In Ontario, there is a bit more diversification in the agriculture industry. Meanwhile, the maritime provinces are more in the realm of fisheries. Matching the agricultural technology we use in our food systems with geographic needs is really important.

Ellen Goddard: Being in Western Canada has been fascinating for me, having worked on livestock projects for a long time. I have been fascinated by the challenges in Western Canada surrounding the issue of plant-based protein versus animal-based protein. Is animal agriculture bad because of methane emissions? Are plants are going to be better? It turns out that animals are pretty essential for maintaining grasslands because we need the grasslands to be grazed or we will lose them. These challenges playing out in Western Canada suggest that we need a range of funding models to make sure different solutions can be explored. We need to identify the public good aspects of research and make sure we are not prioritizing the same types of projects all the time because of private gains. 

I would hate to see the Western grasslands disappear if we focused on reducing the number of cattle without first properly doing the research to see what the ecosystem benefits would be.

“There has to be more leadership in Canada on how we use our water supplies and how we can become better stewards.”

François Belzile: Because of our small population and large landmass, Canada has a fairly generous supply of water of which many countries would be jealous. There has to be more leadership in Canada on how we use our water supplies and how we can become better stewards. This is not necessarily just about saving water here and there. It is part of a global view of how some of these shared resources can be better managed, with durability in mind.


What do Canadian stakeholders in sustainable agriculture need to do to ensure we are advancing genomics innovation to become a global leader in sustainable agriculture?

Chris Grainger: Stakeholders in the sustainable agriculture system need to ensure they are listening to the public and every group along the whole food production system. We must understand and identify challenges in our food system to ensure that it maintains its sustainability and that we are directing our resources in the most efficient way. We want to make sure our food systems are sustainable but also that we are globally competitive.

Ellen Goddard: If you put 100 Canadians in a room from all walks of life and ask them what sustainability meant, we would end up with dramatically different answers. Canadians need to come to a common definition of sustainability that appropriately incorporates all the important aspects we agree on. Right now, we are not all working towards the same goal or we do not have a common understanding of what the goal is. We need to ensure that the public is engaged in defining sustainability. I do not know who the player is to determine that, but if everybody defined sustainability in the same way, we would be quicker to accept new technologies and products. 

“The COVID-19 pandemic showed us that public trust in scientists was generally quite high, and we need to build on that. “

François Belzile: We need to focus on building trust and dialogue. Dialogue is essential to bring uncommon definitions together. We will have a better understanding of what we are trying to achieve and have more trust in our regulatory system and in the good faith of different actors. The COVID-19 pandemic showed us that public trust in scientists was generally quite high, and we need to build on that. 

Rob Annan: The commonality between your three visions is that engagement with the public and societal issues, and ensuring that there is alignment there, will be crucial to building sustainable agriculture in Canada. To me, this points to a justifiable optimism around the technology we have and how amazing it is that we can do what we do. I have a fair degree of optimism that technology can contribute in a positive way to solving some of our big challenges. The real difficulty will be how that plays out in implementation. 

Version française

Systèmes alimentaires durables : La durabilité de l’agriculture

Points clés:

  1. Les recherches qui n’aboutissent pas à des gains commerciaux doivent quand même être entreprises pour aider à développer des solutions clés pour la durabilité dans l’industrie agricole.
  2. Les solutions génomiques joueront un rôle essentiel pour aider le Canada à relever les défis de la nutrition, de la sécurité alimentaire, du changement climatique et de l’inflation.
  3. Le public canadien est relativement réceptif à l’utilisation des technologies génomiques, mais la perception du public peut être améliorée par une meilleure transparence.

Appel à l’action :

Les principaux acteurs du domaine de la génomique doivent travailler sur différents mécanismes de transparence afin de susciter une meilleure confiance du public à l’égard des technologies génomiques. La contribution du public sera grandement bénéfique à la capacité des chercheurs en génomique de déterminer les domaines de recherche les plus importants.


Rob Annan : Je suis heureux aujourd’hui d’animer un panel avec TheFutureEconomy.ca intitulé Systèmes alimentaires durables : Le Canada, un chef de file mondial en matière de durabilité agricole. 

Tout d’abord, je voudrais commencer l’événement par une reconnaissance territoriale, à la fois comme un rappel et un appel à l’action pour nous-mêmes et pour les autres. Je m’enregistre depuis la ville que nous appelons Toronto et nous autres venons de divers endroits du Canada. La terre sur laquelle je me trouve abrite de nombreuses nations, notamment les Mississaugas de Credit, les Chippewas, les Haudenosaunee et les Wendats. Je tiens à reconnaître les injustices passées et présentes perpétrées contre les peuples autochtones dans le cadre du projet colonial au Canada, notamment la violence, la répression, le vol de terres et les tentatives néfastes d’effacer la culture. 

Aujourd’hui, nous allons parler d’agriculture durable, un sujet qui nous tient à cœur à Génome Canada. Génome Canada est un organisme national sans but lucratif financé par le gouvernement fédéral qui travaille en partenariat avec les provinces, l’industrie et la société civile dans divers secteurs, dont la santé, les ressources naturelles et l’agriculture. Nous investissons dans des projets de recherche et d’innovation à grande échelle en génomique et nous les coordonnons, en mettant l’accent sur les données de recherche et le talent pour générer des solutions aux plus grands défis d’aujourd’hui.


“Le Canada est l’un des seuls pays à utiliser la puissance de la génomique pour s’attaquer non seulement à la santé humaine, mais aussi aux problèmes d’agriculture, de ressources naturelles et de changements climatiques.”

Nous finançons depuis 20 ans la recherche en génomique au Canada et nous travaillons avec une entreprise de centres de génomique et de chercheurs à travers le pays. Aujourd’hui, nous allons discuter de la meilleure façon de tirer parti du pouvoir de la génomique pour favoriser le développement de systèmes alimentaires durables au Canada et devenir un chef de file mondial dans ce domaine. Nous aurons une discussion sur le rôle des différents intervenants pour y parvenir. Ce sujet m’intéresse et m’enthousiasme particulièrement, car Génome Canada a financé plusieurs projets d’envergure mondiale dans ce domaine. En fait, le Canada est l’un des seuls pays à utiliser la puissance de la génomique pour s’attaquer non seulement à la santé humaine, mais aussi aux problèmes d’agriculture, de ressources naturelles et de changements climatiques. 

Génome Canada appuie actuellement plusieurs investissements dans ce domaine, notamment une initiative de 30 millions de dollars lancée récemment pour réduire notre empreinte carbone et soutenir la croissance économique des systèmes agricoles et alimentaires canadiens. 

Avant d’entamer la conversation, je veux prendre un moment pour présenter nos panélistes qui sont des experts, des chercheurs et des chefs de file financés par Génome Canada de diverses façons. Tout d’abord, j’aimerais vous présenter François Belzile, professeur au département des sciences végétales de l’Université Laval. Il travaille en étroite collaboration avec les phytogénéticiens et son laboratoire met au point de nouveaux outils de génétique moléculaire et de génomique pour aider à produire de nouvelles variétés de cultures dotées de caractères souhaitables, comme une plus grande résistance aux parasites. 

Ces recherches ont déjà permis la commercialisation au Québec, dans les provinces atlantiques, de plusieurs nouvelles variétés d’orge, ainsi que d’une toute nouvelle lignée de soja hautement tolérante à la sclérotiniose, une maladie des plantes. Ses recherches ont contribué au développement d’une expertise et d’un leadership en matière de génotypage des plantes et ont servi de base au projet SoyaGen. M. Belzile est financé par Génome Canada dans le cadre de plusieurs projets visant à améliorer le rendement et la résistance aux maladies du soja à courte saison et à mettre au point des outils pour aider les sélectionneurs à choisir les croisements les plus prometteurs afin de créer des variétés à haut rendement et à maturité précoce en moins de temps et à moindre coût. 

Nous accueillons ensuite Ellen Goddard, professeure à la faculté des sciences de l’agriculture, de la vie et de l’environnement de l’Université de l’Alberta. Au cours des 30 dernières années, les recherches de Mme Goddard ont porté sur l’économie agricole, l’exploration des marchés nationaux et internationaux des produits alimentaires, en particulier la viande et le bétail, à des fins d’analyse des politiques. Ses recherches actuelles portent sur divers aspects de la commercialisation des aliments, notamment la réaction des consommateurs aux incidents liés à la sécurité alimentaire, l’intérêt des consommateurs pour les étiquettes, la traçabilité et la certification, et les coûts des risques publics liés à l’introduction de nouvelles technologies et à l’agriculture. Mme Goddard est chercheuse principale dans le cadre de six projets de génomique du bétail financés par Génome Canada, y compris des travaux sur la résilience aux maladies animales et l’efficacité alimentaire. Ses recherches sont axées sur l’exploration et la compréhension des politiques et des techniques de gestion au sein de la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Enfin, nous accueillons Chris Grainger, président et directeur général de Harvest Genomics. Il a un lien personnel avec l’industrie agricole, à commencer par son éducation dans la campagne ontarienne, où il passait ses étés dans les fermes de ses grands-parents. Il a auparavant dirigé le laboratoire de génomique végétale du département d’agriculture végétale de l’Université de Guelph. Il a ensuite obtenu une maîtrise en génétique de la sélection végétale, avant de fonder Harvest Genomics, qui fournit des services génétiques au secteur agricole. 


Commençons par les questions. Qu’est-ce qu’un système alimentaire durable ?

Chris Grainger : Cette question est très actuelle, étant donné l’impact récent de l’inflation sur les prix des aliments ici au Canada. Les systèmes alimentaires durables sont en fait une question d’interaction entre les différents secteurs du système de production alimentaire. De manière générale, les principales composantes d’un système alimentaire durable sont l’impact environnemental de la production alimentaire elle-même. Cela comprend la gestion des ressources terrestres et l’empreinte carbone liée aux émissions de gaz à effet de serre. La deuxième composante concerne l’atténuation des menaces pour la santé des plantes et des animaux qui constituent notre approvisionnement alimentaire. La troisième composante est l’économie de la production alimentaire, qu’il s’agisse de la logistique du transport de notre approvisionnement alimentaire à travers le pays ou de la garantie de la rentabilité des agriculteurs et des producteurs alimentaires. Assurer la durabilité des opérations agricoles est essentiel à la durabilité des systèmes alimentaires ici au Canada.

“L’agriculture durable est essentielle au maintien de la vie dans l’avenir.”

Ellen Goddard : Nos vies dépendent d’une alimentation sûre et nutritive. L’agriculture durable est essentielle au maintien de la vie dans l’avenir. En ce qui concerne l’impact économique, le secteur agroalimentaire au Canada peut sembler petit, mais il emploie en fait environ 2,1 millions de personnes et représente environ 7 % de notre PIB. Un point essentiel est que tout le monde mange au Canada. En moyenne, nous ne consacrons qu’environ 10 % de notre revenu disponible à l’alimentation, ce qui nous place dans l’élite mondiale. Dans certains pays, certaines personnes consacrent de 50 à 60 % de leur revenu disponible à l’alimentation. Si l’agriculture et le système agroalimentaire ne sont pas durables à l’avenir, le coût de la nourriture et des importations augmentera et diverses dégradations environnementales pourraient survenir. Tout cela entraînera des coûts supplémentaires pour la société canadienne. Il est essentiel que nous maintenions la viabilité de ce secteur à l’avenir, surtout si l’on pense à la superficie des terres consacrées à la production agricole dans le pays et aux nombreuses retombées économiques qui se produisent dans le reste de la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

François Belzile : Contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent penser, le Canada est bien loin de ce qu’il était il y a un siècle, lorsque l’agriculture de subsistance était prédominante. Aujourd’hui, l’agriculture est une entreprise et la production alimentaire se fait à grande échelle, avec des exploitations hautement spécialisées qui sont axées sur les revenus. Tout doit être considéré en termes de rentabilité et de durabilité. Il y a également des considérations à long terme à prendre en compte en ce qui concerne notre interconnexion avec les marchés mondiaux. Nous avons tous vu ce qui s’est passé l’hiver dernier avec la situation en Ukraine. Tout dans nos systèmes agricoles est affecté par les prix de l’énergie, l’accès aux marchés et plus encore. L’agriculture d’aujourd’hui est un type de système alimentaire très moderne et hautement spécialisé. Certaines de ses vulnérabilités sont dues au fait que nous sommes tellement interconnectés avec les marchés mondiaux. Une grande partie des cultures et même une partie du bétail élevés au Canada sont destinés aux marchés d’exportation. Cela représente une opportunité énorme et nos producteurs sont très bons pour répondre à cette demande internationale. 

Cependant, l’une des vulnérabilités est que certaines limitations ou restrictions nous sont imposées par des pays qui veulent favoriser leurs propres producteurs. Dans le secteur du porc et du canola, par exemple, certains pays ont augmenté leurs droits d’importation. Une autre vulnérabilité importante est le climat. D’une part, les cultures dépendent fortement des conditions météorologiques, comme les précipitations et la sécheresse. Le climat peut avoir un impact considérable sur la capacité des producteurs à répondre aux besoins du marché mondial. 

Rob Annan : Je dois admettre que, ayant grandi dans une ville industrielle du Canada, j’avais des notions très dépassées de l’agriculture, avec le fermier sur son tracteur, le pouce dans la terre. Lorsque j’ai visité pour la première fois une ferme moderne, j’ai été frappé par la quantité de science et de recherche utilisée dans le domaine. Parlons de cette technologie. 


Quelles sont certaines des solutions que la génomique peut apporter pour nous aider à relever les défis de nos systèmes agricoles ?

Chris Grainger : Nous pouvons définir la génomique en deux catégories pour ce domaine. Nous avons la génomique pour la production alimentaire et la génomique pour la sécurité alimentaire. Lorsque nous parlons de production alimentaire, cela signifie généralement que nous nous intéressons au domaine de la sélection des cultures et des animaux. Je suis juste assez vieux pour avoir fait partie de l’ère du séquençage Sanger. L’arrivée de toutes ces technologies de nouvelle génération a changé la donne. Elles ont représenté un changement considérable dans la manière dont nous produisons des données génétiques ou génomiques, mais aussi dans la manière dont nous les intégrons. Il y a aussi la technologie de l’utilisation des ressources informatiques. C’est une chose de produire une mer de données génomiques, mais c’en est une autre de leur donner un sens et de les distiller en leurs parties les plus significatives. 

“Les technologies de test universelles nous permettent de faire un bien meilleur travail d’identification des risques en matière de sécurité alimentaire.”

En termes de sécurité alimentaire, nous vivons également une époque formidable où la technologie du séquençage de l’ADN devient la norme, car elle crée un langage commun, qui est celui de l’ATGC (adénine, cytosine, guanine et thymine). Cela nous permet de créer des méthodes de test standardisées, quel que soit le maillon de la chaîne alimentaire dans lequel nous nous trouvons. Que vous soyez un producteur primaire, un transformateur ou un consommateur, vous pouvez vouloir suivre et retracer différents agents pathogènes. Les technologies de test universelles nous permettent de faire un bien meilleur travail d’identification des risques en matière de sécurité alimentaire, puis de prendre des décisions de lutte intégrée contre les parasites afin de maintenir le système alimentaire en bonne santé.

François Belzile : La génomique aura un impact considérable pour nous aider à sélectionner la bonne variété de culture pour le bon environnement. Mon équipe et moi-même avons mis au point des outils capables d’informer les agriculteurs de la présence d’un type spécifique d’agent pathogène, par exemple un agent fongique présent dans le sol, qui provoque des maladies, diminue le rendement et donc la rentabilité. Avec les coronavirus, par exemple, nous savons qu’il existe différentes variantes. De même, pour tout type d’agent pathogène, il existe également de multiples variantes.

Les gènes de résistance aux maladies pour des plantes comme le soja ne peuvent assurer une protection que contre certaines variantes, un peu comme un vaccin ne peut être utilisé que pour certains types de virus. Aujourd’hui, grâce aux outils génomiques, nous pouvons identifier correctement le type spécifique de pathogène présent. Cela aide les sélectionneurs à concevoir des cultures dotées de mécanismes de résistance appropriés pour vaincre cet agent spécifique. La génomique permet de fournir des informations, sans coût supplémentaire, aux agriculteurs afin qu’ils puissent surmonter les pressions exercées par les maladies et ne pas dépendre de produits comme les fongicides. 

“La génomique jouera un rôle important dans notre façon de relever les défis en évolution rapide que représentent les maladies végétales et animales, du fait de notre présence sur un marché mondial intégré.”

Ellen Goddard : L’une de nos plus grandes vulnérabilités est dans le domaine des maladies végétales et animales. La génomique jouera un rôle important dans notre façon de relever les défis en évolution rapide que représentent les maladies végétales et animales, du fait de notre présence sur un marché mondial intégré. Ces maladies font sauter les espèces. Regardez tout le débat autour du COVID-19. Vient-il des chauves-souris ? Vient-il d’autres animaux ? Nous ne pouvons pas contrôler ces choses, mais nous pouvons choisir les outils génomiques que nous utilisons pour les traiter. Certains collègues américains ont travaillé sur un excellent projet concernant le greening des agrumes dans l’industrie de l’orange. Ils envisagent d’utiliser l’édition de gènes pour traiter soit les insectes, soit les orangers eux-mêmes, afin de déterminer laquelle de ces stratégies est la meilleure pour lutter contre le problème du greening des agrumes. 

La meilleure stratégie sera la moins coûteuse et la plus efficace. Toutefois, des défis plus larges sont en jeu, à savoir ce qui est le plus acceptable pour la société. Cependant, le fait que la génomique nous donne des choix signifie que nous allons être plus agiles pour répondre aux défis des maladies végétales et animales. Nous devons nous assurer que le public comprend ce rôle particulier de la génomique.

“Nous devons cesser de penser à l’agriculture, à la santé humaine et à l’environnement de manière isolée, mais de manière plus holistique et intégrée.”

Rob Annan : Je suis certainement frappé par vos commentaires sur l’intersection de la santé humaine et animale avec la transmission de virus tels que le COVID-19. Nous devons tenir compte de ce concept de “santé unique” lorsque nous réfléchissons à la relation entre l’agriculture, la santé humaine et l’environnement. Nous devons cesser de penser à l’agriculture, à la santé humaine et à l’environnement de manière isolée, mais de manière plus holistique et intégrée. Il est clair que nous allons avoir besoin d’une approche multisectorielle. 


Qui sont les acteurs clés d’une approche multisectorielle visant à libérer le potentiel de la génomique ? Quels rôles doit jouer chaque groupe ?

François Belzile : Il existe différentes incitations pour différents types d’objectifs de recherche. Une grande partie de la recherche que nous menons actuellement se fait en collaboration avec le secteur privé. Ces initiatives de recherche se déroulent bien dans la mesure où toutes les parties sont incitées à collaborer et à atteindre un objectif commun. Souvent, ces projets de recherche sont axés sur des résultats qui permettront à l’industrie de récupérer ses investissements par le biais d’un mécanisme quelconque, comme la vente de semences de meilleure qualité ou plus nombreuses. 

Là où nous avons des lacunes, c’est dans la recherche sur le bien public, où rien de ce qui en ressort ne va nécessairement profiter à un acteur privé spécifique du système. Cependant, ce type de recherche apporte des avantages globaux. Par exemple, si une recherche est menée sur la façon de mélanger différentes cultures dans une exploitation pour obtenir une diversification, aucun acteur direct ne va nécessairement récupérer les coûts de cette recherche. C’est pourquoi le gouvernement doit intervenir pour soutenir une recherche plus large, moins facile à monétiser. Après tout, cette recherche a ses avantages pour ce qui est de garantir des exploitations agricoles durables qui entretiennent la santé des sols et réduisent la pression des maladies. Mais, cela peut avoir un coût qui ne peut pas être recouplé, et nous ne pouvons pas nous attendre à ce que l’industrie se concentre sur la réponse à ces besoins.

“Depuis une vingtaine d’années, on constate une diminution des dépenses publiques consacrées à la recherche agricole, tandis que les dépenses privées ont augmenté. “

Ellen Goddard : Il existe un besoin de recherche financée par des fonds publics pour combler certaines lacunes qui ne semblent pas avoir de retombées économiques pour des agents spécifiques. Historiquement, la recherche agricole a toujours comporté un fort élément de financement public. Cela s’explique par le fait que l’on pensait que les acteurs clés du système agroalimentaire sous-investiraient dans la recherche qui a des aspects plus larges de bien public. Mais cette tendance s’est inversée. Depuis une vingtaine d’années, on constate une diminution des dépenses publiques consacrées à la recherche agricole, tandis que les dépenses privées ont augmenté. Cela laissera des trous en termes de solutions adoptées. 

Un vaccin contre l’E. Coli a été développé pour le bétail à l’époque de la crise de l’E. Coli dans l’industrie de l’élevage. Cependant, ce vaccin particulier n’a pas été adopté à grande échelle. Aujourd’hui, il n’est probablement pas en production commerciale. Même si nous mettons au point des solutions qui présentent des aspects de bien public, il n’est pas certain que ces solutions seront largement adoptées sur le plan commercial. Nous devons comprendre qu’il peut y avoir des lacunes dans le fonctionnement de ce processus. Peut-être les agriculteurs ont-ils trouvé le vaccin incroyablement cher. Peut-être les détaillants et les transformateurs ont-ils trouvé d’autres moyens de garantir la sécurité du système ou n’ont-ils pas eu besoin de prouver que leur bétail était vacciné pour convaincre le public que le produit était sûr. 

Les décisions sur les sujets qui doivent faire l’objet de recherches nécessitent une collaboration entre l’industrie, le gouvernement, les scientifiques et le public. Les scientifiques ne feront des recherches que sur les sujets qu’ils jugent critiques. Mais nous ne pouvons pas laisser le public en dehors de ce débat. Nous devrions toujours élaborer des priorités de recherche en incluant le point de vue du public, ce que nous n’avons traditionnellement pas fait aussi bien que nous l’aurions dû. Cela signifie que nous recevons parfois des réactions négatives après coup. Nous devrions inclure le public plus directement dès le début afin de nous assurer que leurs priorités en termes de systèmes alimentaires durables sont respectées, et aussi pour fournir une compréhension plus large de ce que sont certains des défis importants. Le public peut ainsi mieux accepter les types de technologies que nous utilisons.

Chris Grainger : Le Canada doit rationaliser le financement de l’ensemble du processus, de la recherche à la commercialisation. Habituellement, ce qui se passe, c’est que la découverte et le développement se font dans les institutions publiques. La suite logique est de savoir comment les faire sortir des manuscrits et les mettre à l’avant-scène des différentes économies. Nous devons alors également tenir compte du fait que nous n’avons pas seulement affaire à la concurrence nationale, mais aussi à la concurrence mondiale internationale. 

La scène de la génomique ne peut pas seulement essayer de travailler en silo au Canada. Nous devons reconnaître le paysage concurrentiel mondial plus large. Nous devons améliorer notre écosystème entrepreneurial au Canada dans le domaine de la génomique. Le programme BioCreate en Ontario est un excellent exemple. Il contribuera à favoriser non seulement l’innovation, mais aussi l’aspect commercial. 

“Toutes les recherches n’auront pas un facteur de monétisation, mais cela ne signifie pas qu’elles ne doivent pas avoir lieu.”

La commercialisation et l’aspect industriel doivent être liés plus étroitement aux solutions qui sont développées. Toutes les recherches n’auront pas un facteur de monétisation, mais cela ne signifie pas qu’elles ne doivent pas avoir lieu. Mais nous devons trouver des moyens d’identifier plus efficacement et de créer des plans de commercialisation concrets pour monétiser ces découvertes et être compétitifs au niveau mondial.


Quelles sont les politiques dont nous avons besoin pour soutenir une agriculture et des systèmes alimentaires durables ?

François Belzile : Les gens réagissent aux signaux. Si le Canada met en place des politiques et des mesures incitatives qui récompensent certains comportements et pratiques de gestion, les agriculteurs vont y répondre. Ces politiques pourraient prendre différentes formes, comme des règlements appropriés sur la façon dont les agriculteurs ont accès à différents pesticides agricoles et des cadres pour les limites de gaz à effet de serre. S’il existe des récompenses pour les pratiques qui minimisent ces types d’émissions, les gens y répondront. 

“Les mesures incitatives fonctionnent généralement bien mieux que la réglementation.”

Ellen Goddard : Les mesures incitatives fonctionnent généralement bien mieux que la réglementation. La combinaison de la réglementation et des incitations doit être fondée sur le problème spécifique que nous essayons de résoudre. Malheureusement, cela signifie qu’il n’y aura pas de solution unique pour les problèmes auxquels nous sommes confrontés en matière de durabilité. Nous devons également comprendre tous les différents agendas le long d’une chaîne d’approvisionnement qui va de la ferme au consommateur final. Nous devons comprendre l’empreinte environnementale de la production alimentaire, ainsi que l’empreinte carbone et les autres types d’empreintes qui y sont associées.

À l’heure actuelle, nous avons souvent recours à des comparaisons dans les débats sur la durabilité. Par exemple, il existe de nombreuses comparaisons entre le lait de vache et le lait d’avoine en termes de durabilité de la production au niveau de l’exploitation. Cependant, nous savons peu de choses sur les modifications qui se produisent au niveau de la transformation des substituts laitiers. Par exemple, il est nécessaire d’ajouter des protéines aux produits d’origine végétale pour les rendre nutritionnellement équivalents aux produits d’origine animale. De nombreuses questions se posent encore sur ce qui est plus durable. Des éléments tels que l’étiquetage, la mesure et l’établissement de normes devraient faire partie de notre rubrique politique afin d’améliorer notre compréhension de ces éléments, tant pour les consommateurs que pour les non-consommateurs, ainsi que pour les scientifiques, afin d’examiner l’analyse coûts-avantages de différents types de projets de recherche.

“Nous avons donc encore du travail à faire pour dissocier la perception publique d’une technologie donnée de la politique.”

Chris Grainger : Il est important de réaliser que nous avons différents cadres réglementaires, que ce soit au niveau national ou international. Je me concentrerai sur l’édition de gènes comme une technologie importante dans cet espace. Nous pouvons avoir un merveilleux réseau de réglementation ici au Canada avec des plantes à caractères nouveaux, ou des systèmes P et T. Mais nous voulons exporter nos produits vers d’autres pays. Mais nous voulons exporter nos produits vers d’autres pays qui ne disposent peut-être pas du même espace réglementaire. Nous avons donc encore du travail à faire pour dissocier la perception publique d’une technologie donnée de la politique, et cela reste un défi majeur. Lorsque le citoyen moyen entend parler de technologies génomiques et d’agriculture, il se focalise instantanément sur les OGM (organismes génétiquement modifiés), qui restent un sujet polémique dans la société. Nous devons toujours être attentifs à cet aspect lorsque nous établissons différents programmes et politiques.

Quelle est la perception de la génomique par le public et comment pouvons-nous améliorer la connaissance de cette question ?

François Belzile : L’un des grands défis est que, au sein de la population canadienne, seule une petite fraction est activement engagée dans la production alimentaire. 99 % des gens sont des consommateurs. Il y a une réelle déconnexion entre la personne qui fait l’épicerie et celle qui s’occupe de la production à la ferme. Je suis toujours triste de constater que lorsque ces questions sont portées à l’attention des médias, il s’agit généralement d’un nouveau sujet de crainte ou du fait que les agriculteurs sont blâmés parce que leurs vaches crachent du méthane dans l’environnement. 

“Parler de la génomique sera un défi de longue haleine, notamment parce que le contenu est lourd sur le plan technologique.”

Il est vraiment difficile de se faire entendre et de donner des exemples de la manière dont ces technologies entraînent des changements positifs. Parler de la génomique sera un défi de longue haleine, notamment parce que le contenu est lourd sur le plan technologique et pas toujours facile à communiquer efficacement au public.

Ellen Goddard : Ayant passé 10 ans à faire des recherches sur exactement cette question dans différents contextes, j’ai constaté qu’elle est beaucoup plus nuancée qu’on ne le pense. Je ne pense pas que le grand public évite les OGM au Canada. Si je demande aux gens dans le cadre d’un sondage, ce que je fais depuis 2000, s’ils sont prêts à consommer des fruits et légumes génétiquement modifiés, près de 60 % de la population consommera des aliments génétiquement modifiés. Ce chiffre grimpe à 80 % lorsque la question porte sur la consommation d’aliments contenant des ingrédients génétiquement modifiés, comme la margarine. Beaucoup de gens savent déjà que nos aliments sont génétiquement modifiés. Cependant, la peur s’installe dès qu’un nouveau phénomène est associé à l’utilisation de certaines de ces technologies. Une transparence totale sur ce que nous développons et recherchons, ainsi qu’une transparence sur le processus réglementaire, permettront d’apaiser les craintes liées à la génomique.

“Les scientifiques et la société devraient se réjouir de l’existence d’une certaine surveillance réglementaire de certaines de nos technologies.”

Essayez de vous renseigner sur les conséquences du saumon AquaBounty sur l’environnement et la santé humaine. Il a fait l’objet d’une enquête approfondie de la part des agences gouvernementales, mais essayez de trouver des mentions à ce sujet sur les sites Web du gouvernement maintenant. Nous devons être à l’avant-plan de ces questions. Les scientifiques et la société devraient se réjouir de l’existence d’une certaine surveillance réglementaire de certaines de nos technologies. J’ai des collègues spécialistes de l’élevage qui disent qu’ils n’ont pas besoin de réglementation concernant l’utilisation de l’édition de gènes pour se débarrasser de maladies chez les porcs, par exemple. Mais la vérité est que le public est rassuré par le fait que quelqu’un d’objectif et de confiance examine ces technologies avant qu’elles n’entrent sur le marché. Le public ne lira peut-être jamais l’étiquette. Il ne consultera peut-être jamais les documents que j’ai suggérés au sujet du saumon AquaBounty, mais il est très rassuré de savoir qu’une surveillance a été exercée. Cela implique plus de travail pour les régulateurs, les scientifiques et les agriculteurs pour essayer de communiquer ce message, mais nous devons continuellement affiner ce processus de transparence autour des raisons pour lesquelles nous faisons la recherche, quels pourraient être les avantages et quels seraient les compromis si nous ne faisions pas la recherche.

Rob Annan : Il semble que vous soyez raisonnablement optimiste quant au fait que la transparence et la surveillance créent une plus grande confiance avec le public, ce qui, en fin de compte, profite à chacun d’entre nous.

Ellen Goddard : Je le suis. Mes convictions ont été un peu ébranlées par certaines des réactions aux vaccins COVID-19, mais le problème est que tout est arrivé trop vite. Nous n’avons pas eu le temps de construire les ponts nécessaires pour mettre les gens à l’aise. La plupart des gens ont le souvenir de vaccins dont la mise au point a pris 30 ans, aussi l’idée de les développer en quelques mois semblait-elle terrifiante. Nous devons continuer à nous pencher sur cette question afin que les mêmes problèmes ne se reproduisent pas la prochaine fois.

Rob Annan : Cela correspond à une partie du travail que nous avons effectué récemment à Génome Canada, où nous avons constaté que plus les questions sont précises en termes d’applications spécifiques, plus les gens sont à l’aise avec cette technologie, même s’ils sont encore un peu incertains. Dès que l’on commence à poser des questions sur les avantages pour l’environnement et la santé, par exemple, les gens sont plus disposés à voir d’un bon œil l’analyse coûts-avantages de cette technologie. 

Chris Grainger : Il y a des changements intéressants en ce qui concerne la relation du public avec la génomique avant la pandémie et maintenant après la pandémie. Essentiellement, nous ne pouvions pas allumer les nouvelles pendant deux ans sans qu’il soit question du test PCR ou des variantes à l’avant-plan. Le public a reçu un cours relativement rapide et court sur les technologies génétiques, mais cela a été en quelque sorte imposé au public. Lorsque je parle à des amis et à des collègues qui ne font pas partie de cette profession, je constate qu’ils en ont déjà assez des termes “test PCR” et “variante”. Pourtant, nous avons ouvert la porte à de merveilleuses analogies avec le secteur agricole et nous pouvons utiliser ce que le public sait de COVID-19 comme une passerelle vers ce qui se passe avec les soins de santé humains en général. 

“C’est à nous, en tant que scientifiques ou industriels, de pousser à l’éducation du public en matière de génomique.”

Nous faisons ce genre de technologie et de tests en agriculture depuis 25 ans, et nous avons maintenant un moyen d’ouvrir cette conversation. D’un côté, le public a une certaine appréhension des technologies génomiques, en particulier du génie génétique. Mais il est aussi curieux. Nous avons vu le succès d’entreprises comme 23andMe, où les gens crachent dans un tube pour en savoir un peu plus sur eux-mêmes. C’est à nous, en tant que scientifiques ou industriels, de pousser à l’éducation du public en matière de génomique. Nous devons expliquer où se situent les principales différences entre le génie génétique pur et dur et la simple utilisation des technologies génomiques pour le génotypage général, par exemple, et comment ces différentes technologies sont utilisées dans différents systèmes alimentaires. 

Il ne s’agit pas non plus toujours uniquement d’édition de gènes. Depuis des décennies, nous utilisons des marqueurs d’ADN dans la sélection végétale et animale. Aujourd’hui, la sélection génomique est entrée en scène. Ces éléments n’ont rien à voir avec le génie génétique, en soi, mais offrent un potentiel énorme. Nous devons simplement veiller à ce que le public comprenne ces différences essentielles.


Comment faire en sorte que les différentes parties prenantes travaillent plus efficacement dans les chaînes d’approvisionnement de nos systèmes alimentaires ?

Ellen Goddard : Certaines entreprises multinationales, qui sont assez dominantes dans le secteur agroalimentaire au niveau mondial, sont en fait à l’origine de certains de ces comportements coopératifs. Les entreprises peuvent être à la recherche d’un type particulier de comportement des agriculteurs. Bien qu’elles opèrent principalement aux États-Unis, par exemple, elles traitent également avec des agriculteurs d’autres pays sur ces questions. Cela suscite un intérêt de la part des agriculteurs et d’autres acteurs compétitifs de la chaîne d’approvisionnement pour faire les choses d’une manière différente. 

Dans un certain sens, la nature multinationale de nos chaînes d’approvisionnement peut contribuer à alimenter les points communs entre les pays en examinant ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. C’est à un niveau plus général que nous pourrons déterminer quelles sont les incitations qui motivent les comportements et quels sont les résultats de la recherche qui sont particulièrement intéressants pour les agriculteurs, les transformateurs, les détaillants et autres. 

La question de la propriété intellectuelle peut parfois devenir un défi pour faire travailler les gens ensemble. Cela peut se faire le long de la chaîne d’approvisionnement ou à travers celle-ci. Nous pouvons appliquer des technologies dans des contextes différents, et les gens peuvent vouloir s’approprier les droits de propriété intellectuelle dans une chaîne d’approvisionnement pour en tirer des avantages économiques. Cela dit, les droits de propriété intellectuelle encouragent les investissements dans la recherche. Il s’agit d’une question difficile, car sans droits de propriété intellectuelle, il n’y a pas d’agenda économique pour que certains acteurs participent.

Nous devrions envisager de répartir la propriété intellectuelle entre le secteur public et le secteur privé afin de favoriser la collaboration.

“Le Canada doit diversifier ses modèles de financement de la recherche afin d’inclure d’autres buts et objectifs.”

François Belzile : Dans certains domaines, la propriété intellectuelle a été un facteur limitant. L’un des domaines où le Canada a vraiment créé une opportunité pour lui-même est notre écosystème de recherche qui, pendant des années, a été très favorable aux relations et aux collaborations entre les différents intervenants. C’est une de nos grandes forces. Toutefois, cela ne nourrit qu’un certain type de recherche. Si nous voulons avoir un impact à plus grande échelle, en particulier dans le domaine de l’agriculture durable, le Canada doit diversifier ses modèles de financement de la recherche afin d’inclure d’autres buts et objectifs. Ce qui nous a bien servi pour certains domaines de recherche n’est pas nécessairement ce qui conviendra le mieux à d’autres types de recherche. 


Quelles sont les possibilités pour le Canada en matière d’agriculture durable ? Quel genre de rôle de leader mondial pouvons-nous jouer ?

Chris Grainger : Le Canada peut être un leader non seulement dans le développement de la recherche, mais aussi dans l’application des technologies d’agriculture de précision, que ce soit par la génomique, les systèmes de phénotypage de précision ou la technologie blockchain pour la traçabilité au sein du système alimentaire. Nous devons diversifier le financement de l’ensemble du système de la chaîne alimentaire et faire en sorte que notre recherche soit axée sur tous ces différents éléments. Nous disposons d’écosystèmes de recherche et de talents extraordinaires, mais nous devons simplement nous assurer que nous sommes en mesure de les mettre en œuvre dans les différents domaines où nous pouvons être des leaders, qu’il s’agisse de robotique, de serres ou d’intelligence artificielle. 

Le Canada a besoin d’une vision plus stratégique sur la façon dont nous voulons intégrer les diverses technologies dans le système alimentaire et identifier les différences dans les systèmes alimentaires des différentes zones géographiques du pays. Dans l’Ouest canadien, il y a plus d’agriculture. En Ontario, il y a un peu plus de diversification dans l’industrie agricole. Quant aux provinces maritimes, elles sont davantage tournées vers la pêche. Il est très important de faire correspondre la technologie agricole que nous utilisons dans nos systèmes alimentaires aux besoins géographiques.

Ellen Goddard : Le fait d’être dans l’Ouest canadien a été fascinant pour moi, ayant travaillé pendant longtemps sur des projets d’élevage. J’ai été fascinée par les défis que pose dans l’Ouest canadien la question des protéines d’origine végétale par rapport aux protéines d’origine animale. L’agriculture animale est-elle mauvaise à cause des émissions de méthane ? Les plantes sont-elles meilleures ? Il s’avère que les animaux sont plutôt essentiels au maintien des prairies, car nous avons besoin qu’elles soient pâturées, sinon nous les perdrons. Ces défis qui se posent dans l’Ouest canadien suggèrent que nous avons besoin d’un éventail de modèles de financement pour nous assurer que différentes solutions peuvent être explorées. Nous devons identifier les aspects d’intérêt public de la recherche et nous assurer que nous ne donnons pas toujours la priorité aux mêmes types de projets en raison de gains privés. 

Je n’aimerais pas voir disparaître les prairies de l’Ouest si nous nous concentrons sur la réduction du nombre de bovins sans avoir au préalable effectué les recherches nécessaires pour déterminer les avantages pour l’écosystème.

“Il doit y avoir plus de leadership au Canada sur la façon dont nous utilisons nos réserves d’eau et comment nous pouvons devenir de meilleurs intendants.”

François Belzile : En raison de notre petite population et de notre grande masse continentale, le Canada dispose d’une réserve d’eau assez généreuse dont beaucoup de pays seraient jaloux. Il doit y avoir plus de leadership au Canada sur la façon dont nous utilisons nos réserves d’eau et comment nous pouvons devenir de meilleurs intendants. Il ne s’agit pas nécessairement d’économiser l’eau ici et là. Cela fait partie d’une vision globale de la façon dont certaines de ces ressources partagées peuvent être mieux gérées, dans une optique de durabilité.


Que doivent faire les intervenants canadiens en agriculture durable pour s’assurer que nous faisons progresser l’innovation en génomique afin de devenir un chef de file mondial en agriculture durable ?

Chris Grainger : Les parties prenantes du système d’agriculture durable doivent s’assurer qu’elles sont à l’écoute du public et de chaque groupe tout au long du système de production alimentaire. Nous devons comprendre et identifier les défis de notre système alimentaire pour nous assurer qu’il maintient sa durabilité et que nous dirigeons nos ressources de la manière la plus efficace. Nous voulons nous assurer que nos systèmes alimentaires sont durables mais aussi que nous sommes compétitifs au niveau mondial.

Ellen Goddard : Si vous mettez 100 Canadiens dans une pièce, de tous les horizons, et que vous leur demandez ce que signifie la durabilité, nous obtiendrons des réponses très différentes. Les Canadiens doivent parvenir à une définition commune de la durabilité qui intègre adéquatement tous les aspects importants sur lesquels nous nous entendons. À l’heure actuelle, nous ne travaillons pas tous vers le même objectif ou nous n’avons pas une compréhension commune de ce qu’est cet objectif. Nous devons nous assurer que le public participe à la définition de la durabilité. Je ne sais pas qui est l’acteur qui doit déterminer cela, mais si tout le monde définissait la durabilité de la même manière, nous accepterions plus rapidement les nouvelles technologies et les nouveaux produits. 

“La pandémie de COVID-19 nous a montré que la confiance du public dans les scientifiques était généralement assez élevée, et nous devons nous appuyer sur ce constat.”

François Belzile : Nous devons nous concentrer sur l’établissement de la confiance et du dialogue. Le dialogue est essentiel pour rassembler des définitions peu communes. Nous aurons une meilleure compréhension de ce que nous essayons d’atteindre et nous aurons davantage confiance dans notre système réglementaire et dans la bonne foi des différents acteurs. La pandémie de COVID-19 nous a montré que la confiance du public dans les scientifiques était généralement assez élevée, et nous devons nous appuyer sur ce constat. 

Rob Annan : Le point commun entre vos trois visions est que l’engagement envers le public et les questions sociétales et le fait de s’assurer qu’il y a un alignement seront cruciaux pour bâtir une agriculture durable au Canada. À mon avis, cela témoigne d’un optimisme justifié à l’égard de la technologie dont nous disposons et du fait qu’il est étonnant que nous puissions faire ce que nous faisons. Je suis assez optimiste quant au fait que la technologie peut contribuer de manière positive à la résolution de certains de nos grands défis. La véritable difficulté sera de savoir comment cela se traduit dans la mise en œuvre.

Related Content Content Series The Future of the Indigenous Economy
Aboriginal BusinessPolicySMEs
Dr. Ellen Goddard
Professor at the Faculty of Agricultural, Life and Environmental Sciences - University of Alberta

Bio: Dr. Ellen Goddard is a Professor at the Faculty of Agricultural, Life and Environmental Sciences at the University of Alberta. She previously served as the Co-operative Chair in Agricultural Marketing and Business at the university and was also the former President of the Canadian Agricultural Economics Society. She is a Distinguished Fellow at the Canadian Agri-food Policy Institute.

Organization Profile: The University of Alberta is a public research university located in Edmonton, Alberta. Its Faculty of Agricultural, Life and Environmental Sciences aims to provide solutions to global challenges in the areas of agriculture, nutrition, the environment and human ecology.

 

Biographie : Ellen Goddard est professeure à la Faculté des sciences agricoles, de la vie et de l’environnement de l’Université de l’Alberta. Elle était auparavant présidente de la coopérative de marketing et d’affaires agricoles à l’université et a également été présidente de la Société canadienne d’agroéconomie. Elle est membre distingué de l’Institut canadien des politiques agroalimentaires.

Profil de l’organisation : L’Université de l’Alberta est une université de recherche publique située à Edmonton, en Alberta. Sa faculté des sciences de l’agriculture, de la vie et de l’environnement vise à fournir des solutions aux défis mondiaux dans les domaines de l’agriculture, de la nutrition, de l’environnement et de l’écologie humaine.

François Belzile
Professor in the Plant Science Department - Université Laval

Bio: François Belzile is a Professor in the Plant Science Department at Université Laval. He was trained as a plant molecular geneticist and now focuses his research on applied plant genetics. He works to develop novel approaches to plant breeding and crop development.

Organization Profile: Université Laval is a public research university in Quebec City, Quebec. It is the oldest French-language university in North America. Its Plant Science Department works to promote the non-consumptive and sustainable use of plant resources by humans.

 

Bio : François Belzile est professeur au département de phytologie de l’Université Laval. Il a été formé comme généticien moléculaire des plantes et concentre maintenant ses recherches sur la génétique végétale appliquée. Il travaille à l’élaboration de nouvelles approches en matière de sélection végétale et de développement des cultures.

Profil de l’organisation : L’Université Laval est une université publique de recherche située dans la ville de Québec. Elle est la plus ancienne université de langue française en Amérique du Nord. Son département de phytologie s’efforce de promouvoir l’utilisation non-consommatrice et durable des ressources végétales par les humains.

Chris Grainger
President and CEO - Harvest Genomics

Bio: Chris Grainger is the President and CEO of Harvest Genomics. He previously managed the plant genomics lab in the Department of Plant Agriculture at the University of Guelph, his alma mater where he obtained his M.Sc. in Plant Breeding and Genetics.

Organization Profile: Harvest Genomics provides genetic services to the agriculture industry, with expertise in genomics research and applications such as sampling, sequencing and more.

 

Biographie : Chris Grainger est le président et le directeur général de Harvest Genomics. Il dirigeait auparavant le laboratoire de génomique végétale du département d’agriculture végétale de l’Université de Guelph, son alma mater, où il a obtenu sa maîtrise en sélection et génétique végétales.

Profil de l’organisation : Harvest Genomics fournit des services génétiques à l’industrie agricole, avec une expertise dans la recherche et les applications génomiques telles que l’échantillonnage, le séquençage et plus encore.

Rob Annan
President and CEO - Genome Canada

Bio: Rob Annan is the President and CEO of Genome Canada. He has been involved in Canadian science policy in numerous capacities, including through executive leadership at Mitacs where he served as Chief Research Officer. He has also served as a Fellow of the Public Policy Forum as well as a Director of Let’s Talk Science.

Organization Profile: Genome Canada is a non-profit organization that aims to use genomics-based technologies to improve the lives of Canadians. It is funded by the Government of Canada. They provide large-scale investments that develop new technologies, connect the public sector with private industry, and create solutions to problems of national interest.

 

Biographie : Rob Annan est le président et chef de la direction de Génome Canada. Il a participé à la politique scientifique canadienne à de nombreux titres, notamment en tant que dirigeant de Mitacs, où il a occupé le poste de directeur de la recherche. Il a également été membre du Forum des politiques publiques et directeur de Let’s Talk Science.

Profil de l’organisation : Génome Canada est un organisme sans but lucratif qui vise à utiliser les technologies de la génomique pour améliorer la vie des Canadiens. Il est financé par le gouvernement du Canada. Il fournit des investissements à grande échelle qui permettent de développer de nouvelles technologies, de relier le secteur public à l’industrie privée et de créer des solutions à des problèmes d’intérêt national.