Arthur Ripstein Headshot
Arthur Ripstein
Professor of Law and Philosophy - University of Toronto

Tackling Societal Challenges with Philosophy

Published on

La vidéo et le texte français suivent ci-dessous.

Listen to the Podcast:

Takeaways

  1. Many of the difficult challenges Canada will face in the coming years will require a philosophical approach to solve rather than just a technical approach.
  2. Philosophical thinking is important to help governments and institutions create policies that are inclusive and mindful of the people’s needs.
  3. The government should increase its funding of the social sciences and humanities as these fields are needed to help Canada deal with the problems of the future.

Action

Society should pay more attention to philosophy as it will be key in helping us tackle the problems of the future. Recognition, funding, and resources should be distributed to the social sciences and humanities as these approaches will help the government apply fairness and justice to its technical solutions.


What does winning the Killam Prize mean to you and the work you do?

I work in legal and political philosophy, and over my career, I have focused on a number of fundamental questions that political philosophers ask. There is an old joke that philosophers answer questions that come naturally to children, using tools that come naturally to lawyers. The question that comes naturally to children, which is the basis of all political philosophy, is “Why do you get to make the rules?” Children ask that of their parents all the time and we as informed citizens ask that of our rulers. Another question that children ask is, “Is that fair?” That, too, is a fundamental question of political philosophy and I have devoted my career to trying to develop answers to that question.

I was absolutely thrilled to learn that I won the Killam Prize. I started working on the political philosophy of Immanuel Kant about 25 years ago. When I started, there was some good work on it but it was not getting the kind of attention that it deserved. Now, it is getting both scholarly attention and the great honour of the Killam Prize.


What is a tort and how is it relevant to our lives?

A tort is a private wrong or a civil wrong where one person commits a wrong against another. There are many familiar examples: someone driving carelessly, a waiter spilling hot coffee on a customer, or someone failing to take care of their compost heap which spontaneously combusts and burns down the neighbor’s house. These are all private wrongs where the person who was injured comes before a court and says, “That person is not allowed to do that to me.”

“A tort is a private wrong or a civil wrong where one person commits a wrong against another.”

Tort law is extremely interesting because it raises two of the fundamental questions that any society has to confront. The first of these is the question of how people are allowed to treat each other. When I complain that someone has wrongfully injured me, what I am saying is that there is a moral rule or a social norm, or that there should be a legal rule, that says that people are not allowed to treat each other that way. 

In addition to that, the Law of Tort deals with the further question every society has to face of whose problem it is when something goes wrong. Sometimes, when something goes wrong in your life, for instance you inadvertently leave the stove on and ruin one of your pans, it is just your problem. Other times, when something goes wrong in your life, it is someone else’s problem. The Law of Tort is one of society’s systematic means of how to distinguish between those different categories. Because of that, it is intellectually extremely interesting. I also teach tort law because torts are the most fun subject of all to teach. It has better examples than anyone could ever make up.


Why should Canadians pay attention to philosophy in their day-to-day lives? How is it relevant to our future economy?

Any reflective person inevitably pays some attention to philosophy because some of the fundamental questions that organize our society are questions that are philosophical rather than technical. Some of the hardest challenges in Canada we will face in the coming decades are actually philosophical, moral, and social problems rather than technical problems.

“Philosophical thinking can help us prepare for the future in a way that is maximally inclusive and properly attuned to the needs of all Canadians.”

Let me just give you a very short and incomplete list. We have all kinds of issues around privacy that are brought forward by big data. There are technical questions about how to protect privacy, but there are also philosophical questions about when to protect privacy. There are all kinds of questions raised by the possibility of unemployment, income inequality, and more generally, coming to terms with all kinds of technical changes. Philosophical thinking can help us prepare for the future in a way that is maximally inclusive and properly attuned to the needs of all Canadians. We need to protect against opportunistic behaviour by people with the wrong kind of entrepreneurial abilities and want to capture political institutions. We need to safeguard our democracy but we have to understand what our democracy is and why we value it. Those are philosophical questions, not technical ones.

Content continues below ↓

Who and what would you pitch to strengthen research excellence in Canada?

Canada’s research excellence rests on recognizing that the most important innovations do not come from studying well-defined problems but from the curiosity of leading researchers. The government should continue to fund and extend their funding of curiosity-driven research. They should do that not just in the sciences and medicine where the payoffs are visible and the time horizon reasonable, but also in the social sciences and humanities. As I said, the hardest questions facing us as a society are not technical questions, they are questions about how we can live together as free citizens of a democracy.


Version française

Le philosophie pour résoudre nos défis sociétaux

Écoutez le balado:

Points clés

  1. Bon nombre des défis difficiles auxquels le Canada devra faire face dans les années à venir nécessiteront une approche philosophique plutôt qu’une simple approche technique.
  2. La pensée philosophique est importante pour aider les gouvernements et les institutions à créer des politiques inclusives et soucieuses des besoins de la population.
  3. Le gouvernement devrait augmenter son financement des sciences sociales et humaines, car ces domaines sont nécessaires pour aider le Canada à faire face aux problèmes de l’avenir.

Appel à l’action

La société devrait accorder plus d’attention à la philosophie car elle sera essentielle pour nous aider à résoudre les problèmes de l’avenir. La reconnaissance, le financement et les ressources devraient être distribués aux sciences sociales et humaines, car ces approches aideront le gouvernement à appliquer l’équité et la justice à ses solutions techniques.


Que signifie gagner le prix Killam pour vous et votre travail? 

Je travaille en philosophie juridique et politique, et au cours de ma carrière je me suis concentré sur un certain nombre de questions fondamentales que se posent les philosophes politiques. Il y a une vieille blague qui dit que les philosophes répondent à des questions qui viennent naturellement aux enfants en utilisant des outils qui viennent naturellement aux avocats.

Donc la question qui vient naturellement aux enfants qui est la base de toute philosophie politique est la question: «pourquoi as-tu le droit d’établir les règlements?» Les enfants demandent cela à leurs parents tout le temps, mais nous, citoyens avertis, demandons cela à nos dirigeants. Une autre question que se posent les enfants est: «est-ce que c’est juste?» , et cela aussi est une question fondamentale de la philosophie politique et j’ai consacré ma carrière à essayer de développer des réponses à cette question.

J’étais absolument ravi d’apprendre que j’avais remporté le prix Killam. J’ai commencé à travailler sur la philosophie politique d’Immanuel Kant il y a environ 25 ans, et quand j’ai commencé, il y avait du bon travail sur ce sujet, mais ça ne recevait tout simplement pas le genre d’attention que je pensais que ce domaine méritait. Maintenant, il attire à la fois l’attention des universitaires et le grand honneur du prix Killam.


Qu’est ce qu’un délit et en quoi sont-ils pertinents pour nos vies? 

Un délit est une faute privée, et une faute civile lorsqu’une personne commet une faute contre une autre. Il y a beaucoup d’exemples familiers: quelqu’un conduit imprudemment, un serveur renverse du café chaud sur un client, quelqu’un ne s’occupe pas de son tas de compost et celui-ci s’enflamme spontanément et brûle la maison du voisin. Ce sont tous des torts privés où la personne qui a été blessée se présente devant un tribunal et dit que cette personne n’a pas le droit de me faire ça.

“Un délit est une faute privée, et une faute civile lorsqu’une personne commet une faute contre une autre.”

Je trouve le droit de la responsabilité délictuelle extrêmement intéressant car il soulève deux des questions fondamentales auxquelles toute société doit faire face. Le premier d’entre eux est la question de savoir comment les gens ont le droit de se traiter les uns les autres. Quand je me plains que quelqu’un m’a blessé à tort, ce que je dis, c’est qu’il y a une règle morale ou une norme sociale – ou il devrait y en avoir une – qui dit que les gens n’ont pas le droit de se traiter les uns les autres de cette façon.

En plus de cela, la loi sur la responsabilité délictuelle traite d’une autre question à laquelle chaque société doit faire face: définir qui est responsable quand un il survient un problème. Parfois, lorsque quelque chose ne va pas dans notre vie – on laisse le poêle allumé par oubli et on ruine une de nos casseroles – c’est juste notre problème. D’autres fois, quand quelque chose ne va pas dans notre vie, c’est le problème de quelqu’un d’autre. Et la loi sur la responsabilité délictuelle est l’un des moyens systématiques que la société a pour réfléchir à la manière de distinguer ces différentes catégories. Pour cette raison, c’est intellectuellement extrêmement intéressant. J’enseigne également le droit de la responsabilité délictuelle parce c’est le sujet le plus amusant de tout à enseigner, car il a les meilleurs exemples qu’on ne pourrait jamais imaginer!


Pourquoi les Canadiens devraient-ils prêter attention à la philosophie? En quoi est elle pertinente pour notre économie? 

Il y a une manière dont toute personne réfléchie prête inévitablement une certaine attention à la philosophie parce que certaines des questions fondamentales qui organisent notre société sont des questions philosophiques plutôt que techniques. Certains des défis les plus difficiles auxquels nous serons confrontés au Canada au cours des prochaines décennies sont en fait des problèmes philosophiques, moraux et sociaux, plutôt que des problèmes techniques.

“La pensée philosophique peut nous aider à se préparer pour l’avenir d’une manière inclusive et adaptée aux besoins de tous les Canadiens.”

Permettez-moi de vous donner une liste très courte et incomplète. Nous avons toutes sortes de problèmes de confidentialité qui sont soulevés par les mégadonnées. Il y a des questions techniques sur la façon de protéger la confidentialité, mais il y a aussi des questions philosophiques sur quand nous devons protéger la confidentialité. Il y a toutes sortes de questions soulevées par la possibilité de chômage, d’inégalité des revenus et, plus généralement, d’adaptation à toutes sortes de changements technologiques. La pensée philosophique peut nous aider à se préparer pour l’avenir d’une manière inclusive et adaptée aux besoins de tous les Canadiens. 

Nous devons nous protéger contre les comportements opportunistes de personnes qui veulent s’emparer des institutions politiques. Nous devons protéger notre démocratie, mais nous devons comprendre ce qu’est la démocratie et pourquoi nous la valorisons, et celles si sont des questions philosophiques et non techniques.


Quoi et à qui présenteriez-vous pour renforcer l’excellence de la recherche au Canada? 

L’excellence de la recherche au Canada repose sur la reconnaissance du fait que les innovations les plus importantes ne proviennent pas de l’étude de problèmes bien définis, mais de la curiosité des chercheurs.  

Nous devons continuer de financer et d’augmenter le financement de ce que l’on appelle parfois la «recherche motivée par la curiosité». Nous devrions le faire non seulement dans les sciences et la médecine où les bénéfices sont visibles et l’horizon temporel est raisonnable, mais aussi dans les sciences sociales et humaines car, comme j’ai dit, les questions les plus difficiles auxquelles nous sommes confrontés en tant que société ne sont pas des questions techniques – elles sont des questions sur la façon dont nous pouvons vivre ensemble en tant que citoyens libres dans une démocratie .

Arthur Ripstein Headshot
Arthur Ripstein
Professor of Law and Philosophy - University of Toronto

Bio: Arthur Ripstein is a Professor of Law and Philosophy at the University of Toronto. He also previously served as Chair of the Department of Philosophy. His research and teaching interests include torts, legal theory, and political philosophy. He was awarded the JJ Berry Smith Doctoral Supervision Award in 2019. He received his doctorate in philosophy from the University of Pittsburgh.

Organization Profile: The University of Toronto is a public research university in Toronto, Ontario, Canada. Founded in 1827, it became the first institution of higher learning in Upper Canada. With three campuses, it offers over 700 undergraduate and 200 graduate programs. It is consistently recognized among the top ten public universities in the world and is often ranked as the top university in the country.

 

Bio: Arthur Ripstein est Professeur de droit et de philosophie à l’Université de Toronto et a servi comme Président du département de philosophie. Ses intérêts de recherche et d’enseignement comprennent les délits, la théorie juridique et la philosophie politique. Il a reçu le prix JJ Berry Smith pour la supervision doctorale en 2019. Il a obtenu son doctorat en philosophie de l’Université de Pittsburgh .

 

Organization Profile: L’Université de Toronto est une université publique de recherche fondée en 1827. Avec trois campus, elle offre plus de 700 programmes de premier cycle et 200 programmes d’études supérieures. Elle est régulièrement reconnue parmi les dix meilleures universités publiques au monde et est souvent classée comme la meilleure université au Canada.