Subscribe on YouTube and never miss an interview!
Ted Sargent
Vice-President, Research and Innovation, and Strategic Initiatives - University of Toronto

Nanotechnology and the Future of Canada’s Cleantech Economy

Published on

Listen to the Podcast:

Takeaways

  1. If Canada doubles down on its investments in synthesizing renewable fuels for seasonal scale storage, it has an opportunity to take a leadership position in the cleantech economy.
  2. Researchers can harvest more of the sun’s broad spectrum for solar electricity by using paintable nanomaterials and applying them as a liquid to make photovoltaic cells.
  3. The critical elements to innovative research and its translation are generating new ideas in collaboration with global networks and an absolute commitment to the creative interdisciplinary process.

Action

The Prime Minister should know the tremendous opportunity that exists to simultaneously address our economic and environmental challenges through the adoption of clean technology. Cleantech will become a $5 trillion industry in two decades, and we must continue with outstanding investments in science and its translation to capitalize on this opportunity.

Les vidéos sont sous-titrés en français et le texte français suit ci-dessous.


What does receiving the Killam Prize 2020 mean to you, your area of research and the Canadian economy? 

It was a huge thrill to be one of the Killam recipients. It is actually a celebration of the work of a couple of generations of brilliant doctoral students here in engineering at the University of Toronto, and the work that they have done is related to nanotechnology and to renewable energy. The team over the last decade or so has worked to come up with new strategies to harvest more of the sun’s broad spectrum in next generation solar cells; solar cells that can be physically flexible. 


How much of a team effort has your work been?  

One of the most amazing things about the kind of work that this team has done is how interdisciplinary it is.  

I sit in an electrical and computer engineering department within my faculty and of course, some of the people that I work with are engineers or engineering physicists by training, but now we have material scientists. We have people who are trained as chemists, we have people from physics, and now we have students and post-doctorates from computer science working with us applying machine learning to accelerate the discovery of new nanomaterials and solar strategies. One of the amazing things about getting to work in this area is the privilege of learning something every day from brilliant people who come from incredibly diverse backgrounds. 


What are the broader impacts of your field of research on Canada’s future economy?  

The work that we do has both an economic and an environmental impact, and those are deeply tied together in our work. Our goal is to try to make solar cells even more ubiquitous, even more widespread than they are. In fact, the solar business has grown at a very quick pace over the last decade. Solar energy started to meet a little bit over 1% of the world’s electricity needs a couple of years ago, and it is continuing to grow at a good pace.  

But one of the key ingredients in continued progress in solar adoption is to continue to reduce the price of solar electricity. That means making solar cells that are more efficient, that are also at the same time lower in cost. The work that we do strives to do those two things at the same time. We have taken an approach that allows us to increase the efficiency of the solar cells by harvesting more of the sun’s broad spectrum, and we have done it using what we call paintable nanomaterials. The semiconductors that we use to harvest solar light are actually applied as a liquid; they are applied as a paint in the making of our photovoltaic cells. 

Content continues below ↓

How competitive is Canada in the development of nanotechnology? 

Canada is a pretty amazing place for nanotechnology research—we certainly punch well above our weight. If you look on the global scene and if you look at the fraction of human beings on the planet that are Canadian, the number of inventions, of important papers that are highly cited that are in the area of nanotechnology and clean energy, it is well above what you would expect.  

That is a testament to a couple of things. First of all, it is the brilliance and entrepreneurial spirit of Canadians, their innovative disposition and the fact that Canada is a magnet for talent from around the world. By creating a diverse and inclusive environment and one that prizes excellence in science and engineering and research more broadly, we have created a set of conditions where people really flock to this country from around the world; people with talents and expertise and with a lot of ambition.  

“We are making significant progress towards making a major dent on some of these really important problems related to cleantech.”

For that reason, combined with strong investments in science and applied science by multiple levels of government within this country and a growing, burgeoning entrepreneurial sector and innovations from large corporations, we are making significant progress towards making a major dent on some of these really important problems related to cleantech. 


What is the state of research in solar and other renewable energy sources, and what advantages does Canada have over other countries?  

Canada actually has been at the frontier, the vanguard, of renewable energy for a couple of decades. After all, hydroelectric energy is renewable technology, and people acknowledge that the carbon dioxide footprint of nuclear technology is low, and Canada has been a leader in some those technologies. But renewable is blossoming in all sorts of different directions, and the problem of storing renewable energies is increasingly an area focus for the whole global community.  

There are two aspects to being a vanguard of the field. One is: do you have the renewable resources? Canada clearly does in hydro, but when you think about solar the biggest issue is having the landmass with good insulation—and Canada has that.  

The big opportunity in renewable is that it is big business. Traditional energies are about a $5 trillion global sector today—they are a huge fraction of the world’s economy. If ultimately the world’s economy is going to transition from a fossil-based to a renewables-based economy, you could either be part of that or you could be left behind. The way to be participating in developing the technologies, manufacturing the technologies and ultimately selling the technologies into the future of a renewable, cleantech economy is to be right at the frontier of developing an intellectual property and commercializing it all on the foundations of outstanding basic research. 


What do you predict for the development of renewable energy in Canada over the coming years?  

My prediction is that we will continue to see a decrease in the cost of producing renewable electricity, including from solar—solar is the most abundant, the most scalable renewable resource that we have—but as we see that progression, we are also going to see major investments in technologies to store that energy.  

“My prediction is that we will continue to see a decrease in the cost of producing renewable electricity.”

The reason that is so important is that renewable energy sources like solar and wind are also classically intermittent, that means that they come, and they go, and they do not come and go at the same time as our demand comes and goes, so we need to find ways to move energy around in time and in space. Moving it around in space of course is energy transmission and moving it around in time is energy storage. Batteries do that very well, but batteries do not do that on a vast scale.  

Imagine the problem we are trying to solve in Canada: we are trying to move the energy that we received in the summer and we are trying to move it into the winter. This is what we call seasonal scale storage and this, the community widely believes, needs a chemical approach. Essentially, we need to synthesis renewable fuels. We need to synthesize chemicals that we can play back later—say, inside a fuel cell—that we can store at a very large scale and that we can move across a long time scale, like the kind of time scale that is seasonal, about half a year.  

Canada, if it continues to make investments, and to really double down on those investments, has a chance to be in a leadership position on the development of a cleantech economy that really picks up where the traditional fossil economy left off and overtakes it. This would be a next generation, natural resources technology but one that is really rooted in science, innovation and engineering rather than being rooted in the harvesting of these bountiful natural resources that the nation was very fortunate to have. 


What must be done, and by who, to commercialize the groundbreaking research coming out of Canadian universities?  

To figure out the path forward for the Canadian innovation economy, we need to first acknowledge where we are actually very strong, and then we need to look for a couple of gaps where we have more work to do.  

The quality of the research that goes on at Canadian universities is A+, the quality of the students from undergraduates, to masters, to PhD and the post-doctorates that we attract to this country, is an absolute A+.  

Where this country could stand to make a little bit more progress is really in developing the other elements of the innovation ecosystem. Now, one of those elements is to have a burgeoning startup sector, and we have made huge progress as a country on that front over the last decade.  

Universities across the country have very vibrant innovation ecosystems. At the University of Toronto, for example, we have 11 different accelerators for our students from engineering, the business school, and the Faculty of Medicine. We bring them all together through coordinated entrepreneurship and have them work on projects together, because a project is better done by an engineer, Rotman School of Management team and a medical student all working collaboratively than it is done by any single individual. 

“Universities across the country have very vibrant innovation ecosystems.”

A key part of the innovation ecosystem where we have room to progress is not just the small companies, though they are important, it is also the big ones. In fact, in companies that I have been involved with creating in the past, the way that I got my chief operating officer, my vice-president of research and development, and my vice president of engineering, was to go to big, existing companies in the region and look at who was the general manager for this business unit; who was the manager or director of engineering in just a portion of the company, and they would just be a perfect candidate for senior management and senior leadership within the company.  

So, innovation ecosystems have to mature, they have to progress. The term ecosystem is really well chosen because we need the small, medium-sized and large companies as part of the development of the talent pipeline, and the creation of something we call the flywheel effect.  

You can imagine technology leaders and business leaders from large corporations spinning out into driving a small company forward and the company grows, and they grow with it, or perhaps they return to the large corporation or to the entrepreneurial sector in the future. It is a very dynamic movement of talented scientific and technical labour and management labour, and it is a really key element of a maturing, thriving ecosystem. I think we have a little more work to do as a nation in further developing those elements. 


How important is interdisciplinary research and how can we kick-start more collaborations and structure them around Canada’s competitiveness?

One of the most important elements of really innovative research and its translation is generating new ideas and being right in the frontier of new idea generation. There are two key elements in doing that that Canada cannot be without. One is the global or the international element and the other is the interdisciplinary.  

On the global front, science, engineering and broader technological progress and progress in business are part of the global context, and if we were to cut ourselves off from the rest of the world, we would be cutting ourselves off from brilliant ideas, from brilliant inventors and scientists and scholars in other parts of the world. It is essential that we be part of global networks in order to be part of those conversations and to be at the table.

“If we were to cut ourselves off from the rest of the world, we would be cutting ourselves off from brilliant ideas, from brilliant inventors and scientists and scholars.”  

The other thing that is critical for idea generation is to find creative opportunities at the boundaries or at the clashes between different disciplines. Often the first steps here are a bit frustrating—we sit down, and we talk with a physical chemist and I am an engineer, and for the first couple of conversations we are not really understanding each other. Maybe the next set of conversations we are actually trying to understand each other, teach each other our vocabulary or mathematics or a set of literature, but then we go into this magical stage where we are generating ideas together and they are ideas that I would not have generated on my own and the physical chemist would not have generated on their own. That is where the magic happens, but it takes sustained investment, a bit of patience and an absolute commitment to the creative interdisciplinary process. 


What areas of research coming out of Canada’s universities and academic institutions are you most excited about?  

I am really excited about one particular topic, and I actually committed a pretty good fraction of my own research to this topic now. That is taking carbon dioxide being emitted from our steel plants and our cement plants and various fossil fuel-based factories, taking that carbon dioxide, combining it with renewable electricity and turning the chemical input and the electrical input into something more valuable.  

One of the things we are making with this is fuels. We are making methane, ethanol and propanol. The other thing we are doing is making chemicals. We are making ethylene glycol, which is about a $20 billion global industry that commands very good margins and goes into a lot of the material science sector and today, and it comes from fossil sources and has a significant carbon footprint. I am very excited about working with teams on this, and the teams have to be really quite multidisciplinary and multi-person. They have engineers, physicists, chemists and computer scientists on them, and in these teams, we strive to come up with more efficient and productive systems known as electrolysers for turning CO2 into value. 


Do you have a message to Canada Council for the Arts, the Killam Prize and other winners? 

I would like to thank the Killam Prize and the Canada Council for the Arts for celebrating the great work that goes on in the country, and I would like to note that the Killam Prize values and appreciates work from across the disciplines. 

I have been talking today about physical sciences and engineering because it is what I do for a living, but it is just as important that we be investing, as the Canada Council for the Arts through Killam Prize has been doing, in outstanding scholarship in the humanities, in the social sciences and of course, in the life sciences. It is really when we invest in these platforms and we find the connections between them that we have true economic benefit but also societal benefit at the same time. 


What would you pitch to those with influence over the future of Canada’s economy and to whom would you pitch?  

I would pitch the Prime Minister and I would say that we are faced with a pretty big opportunity right at the moment; it is to address simultaneously our economic challenges and to address our environmental challenges. Cleantech is going to be a $5 trillion industry in a couple of decades and it is going to keep growing, and it is a great opportunity to deal simultaneously with both of these problems through outstanding investments in science and its translation.  


Version française

La nanotechnologie et l’avenir de l’économie des technologies propres au Canada 

Takeaways

  1. Si le Canada double ses investissements dans la synthèse de carburants renouvelables pour le stockage saisonnier à grande échelle, il a l’occasion de prendre une position de chef de file dans l’économie des technologies propres.
  2. Les chercheurs peuvent récolter une plus grande partie du large spectre solaire pour l’électricité solaire en utilisant des nanomatériaux pouvant être peints et en les appliquant sous forme de liquide pour fabriquer des cellules photovoltaïques.
  3. Les éléments critiques de la recherche innovante et de sa commercialisation génèrent de nouvelles idées en collaboration avec des réseaux mondiaux et un engagement absolu envers le processus interdisciplinaire créatif.

Action

Le premier ministre devrait reconnaître la formidable opportunité qui existe de relever simultanément nos défis économiques et environnementaux en adoptant des technologies propres. Les technologies propres deviendront une industrie de 5,000 milliards de dollars dans deux décennies, et nous devons poursuivre nos investissements exceptionnels dans la science et sa commercialisation pour tirer parti de cette opportunité.


Que signifie la réception d’un prix Killam de 2020 pour vous, votre domaine et l’économie canadienne? 

C’est extrêmement emballant de faire partie des gagnants des prix Killam. C’est, en fait, une célébration du travail accompli par quelques générations de brillants doctorants en génie d’ici, à l’Université de Toronto, dans le domaine des nanotechnologies et de l’énergie renouvelable. Au cours de la dernière décennie, l’équipe a trouvé des stratégies pour mettre au point une prochaine génération de cellules solaires capables de recueillir une plus grande portion du large spectre solaire; ce sont des cellules qui sont physiquement flexibles. 


C’est donc un travail d’équipe? 

L’un des aspects les plus fascinants du travail de cette équipe est son interdisciplinarité.  

Je fais partie du Département de génie électrique et informatique au sein de ma faculté, et bien sûr, certaines personnes avec qui je travaille sont des ingénieurs ou des ingénieurs physiciens de formation. Mais maintenant, il y a aussi des scientifiques des matériaux, des gens formés en chimie, en physique, et des étudiants et des chercheurs postdoctoraux en informatique qui travaillent avec nous, et qui utilisent l’apprentissage machine pour accélérer la découverte de nouveaux nanomatériaux et de nouvelles stratégies solaires. L’une des choses les plus extraordinaires de mon travail dans ce domaine est le privilège d’apprendre de nouvelles choses chaque jour grâce à des gens brillants qui proviennent de milieux incroyablement diversifiés. 


Quels sont les grands impacts de votre domaine de recherche sur l’économie future du Canada? 

Le travail que nous faisons a des retombées à la fois économiques et environnementales indissociables. Notre objectif est d’essayer de rendre les cellules solaires encore plus omniprésentes, encore plus répandues qu’elles ne le sont maintenant. En fait, l’industrie solaire a pris de l’ampleur à un rythme très rapide dans la dernière décennie. Il y a quelques années, l’énergie solaire a commencé à répondre à un peu plus de 1 % des besoins mondiaux en électricité, et elle continue à croître à bon rythme.  

Mais l’un des principaux ingrédients des progrès continus pour l’adoption de l’énergie solaire est la réduction des coûts de cette énergie. Cela implique de créer des cellules solaires plus efficientes, et aussi moins coûteuses à produire. Le travail que nous faisons vise ces deux objectifs. Nous avons adopté une approche qui nous permet d’accroître l’efficience des cellules solaires en récoltant une plus grande partie du large spectre solaire, et nous l’avons fait en utilisant ce qu’on appelle des « nanomatériaux pouvant être peints ». Les semiconducteurs que nous utilisons pour recueillir la lumière solaire sont en effet appliqués sous forme liquide : nous les appliquons comme de la peinture, lors de la conception de nos cellules photovoltaïques.


À quel point le Canada est-il concurrentiel dans le développement de nanotechnologies? 

Le Canada est un endroit formidable pour la recherche en nanotechnologies. On produit beaucoup, pour un pays aussi peu peuplé. Si on observe la scène mondiale et qu’on regarde la fraction des êtres humains de la planète qui sont des Canadiens, le nombre d’inventions et d’articles importants abondamment cités dans le domaine des nanotechnologies et de l’énergie propre qui sont produits par le Canada est supérieur à ce à quoi on s’attendrait. 

Cela témoigne de plusieurs choses dont, en premier lieu, l’intelligence et l’esprit d’entrepreneuriat des Canadiens, leur disposition pour l’innovation, et le fait que le Canada est un véritable aimant pour attirer le talent mondial. En créant un environnement diversifié et inclusif, qui récompense l’excellence en science et en génie, et en recherche en général, nous avons créé des conditions gagnantes qui font en sorte que des gens de partout dans le monde affluent vers le pays – des gens avec divers talents, de l’expertise, et beaucoup d’ambition. 

“Nous faisons des progrès importants qui nous permettront de nous attaquer aux grands problèmes liés aux technologies propres.”

Pour cette raison, et grâce aux importants investissements en sciences et en sciences appliquées par différents ordres de gouvernements du pays, sans oublier le secteur entrepreneurial grandissant, et les innovations produites par de grandes sociétés, nous faisons des progrès importants qui nous permettront de nous attaquer aux grands problèmes liés aux technologies propres. 


Quel est l’état de la recherche sur l’énergie solaire et d’autres sources d’énergies renouvelables, et quels sont les avantages du Canada sur d’autres pays? 

Le Canada est très avant-gardiste dans le secteur des énergies renouvelables, et ce, depuis plusieurs décennies. Après tout, l’hydroélectricité est une technologie renouvelable. Et, bien que l’énergie nucléaire puisse être définie de différentes manières, les gens reconnaissent que son empreinte de carbone est faible, et le Canada est un leader dans certaines de ces technologies. Cela dit, l’énergie renouvelable sous diverses formes est en pleine expansion, et le problème du stockage des énergies renouvelables intéresse de plus en plus la communauté mondiale.  

Il y a deux aspects qui nous permettent d’être avant-gardistes dans ce domaine. Le premier est que nous avons des ressources renouvelables. Le Canada dispose évidemment de ressources hydrographiques. Pour ce qui est de l’énergie solaire, le principal problème consiste à avoir suffisamment de territoire, ainsi qu’une bonne isolation – deux choses que le Canada possède.

“Les énergies traditionnelles comptent pour 5 billions de dollars, une part énorme de l’économie mondiale.”

La belle possibilité pour l’énergie renouvelable, c’est que c’est une grosse industrie. Les énergies traditionnelles comptent pour 5 billions de dollars, une part énorme de l’économie mondiale. Si, ultimement, l’économie mondiale passe d’une économie fondée sur les combustibles fossiles à une économie fondée sur les énergies renouvelables, on peut soit être dans le coup, soit être laissés de côté. La seule façon de participer au développement des technologies, à leur fabrication et, ultimement, à leur vente, dans l’optique de participer à une économie future de technologies renouvelables et propres, c’est d’être à l’avant-garde de l’élaboration de la propriété intellectuelle et de la commercialisation, le tout en s’appuyant sur des recherches extraordinaires. 


Quelles sont vos prédictions quant au développement de l’énergie renouvelable au Canada pour les prochaines années? 

Je prédis que nous continuerons d’observer une diminution du coût de production de l’électricité renouvelable, y compris l’énergie solaire. L’énergie solaire est la plus abondante, la plus adaptable des ressources renouvelables dont nous disposons, mais alors que nous assistons à sa progression, nous verrons aussi de grands investissements dans les technologies qui servent à stocker cette énergie. 

La raison pour laquelle c’est si important, c’est que les énergies renouvelables, comme l’énergie solaire et éolienne, sont intermittentes. Elles vont et viennent, et cela ne suit pas toujours le rythme de nos demandes en énergie. Il faut donc trouver un moyen de déplacer cette énergie dans le temps et l’espace. La déplacer dans l’espace, c’est ce qu’on appelle la transmission de l’énergie, et la déplacer dans le temps, c’est le stockage de l’énergie. Les piles le font très bien, mais pas à cette échelle gigantesque. 

Imaginez le problème que nous essayons de résoudre au Canada : nous essayons de transférer l’énergie que nous recevons l’été pour nous en servir l’hiver. C’est ce que nous appelons le stockage saisonnier, et la communauté s’entend largement pour dire que c’est un problème de nature chimique. Essentiellement, il faut synthétiser des carburants renouvelables. Nous devons obtenir par synthèse des produits chimiques que nous pourrons réutiliser plus tard – disons, dans une pile à combustible –, entreposer à très grande échelle et garder pendant de longues périodes allant jusqu’à six mois, au gré des saisons. 

Si le Canada continue de faire des investissements et même de doubler la mise en la matière, il a une chance de devenir un chef de file dans le développement d’une économie propre qui prendra le relais de l’économie traditionnelle fondée sur les combustibles fossiles, et qui la remplacera. Ce serait une prochaine génération de technologies fondées sur les ressources naturelles, qui serait réellement ancrée dans la science, l’innovation et l’ingénierie, plutôt que dans la simple exploitation de ces ressources naturelles abondantes que nous avons la chance d’avoir. 


Qu’est-ce qui doit être fait pour commercialiser les recherches de pointe qui proviennent des universités canadiennes, et qui doit s’en charger? 

Pour tracer la voie à suivre pour l’économie innovante du Canada, il nous faut d’abord reconnaître nos points forts, puis examiner les lacunes, c’est-à-dire les domaines où il reste du travail à faire.  

La qualité de la recherche qui se fait dans les universités canadiennes mérite un A+ : la qualité des étudiants, du premier cycle, de la maîtrise et du doctorat, sans oublier les chercheurs postdoctoraux que nous attirons au pays, méritent tous un A+. 

Là où le pays pourrait en faire un peu plus, c’est dans le développement d’autres éléments de l’écosystème de l’innovation. Un de ces éléments serait d’avoir un secteur des jeunes entreprises en plein essor, et nous avons déjà fait d’énormes progrès à ce propos dans la dernière décennie. 

Les universités du pays entier ont des écosystèmes d’innovation très dynamiques. À l’Université de Toronto, par exemple, nous comptons 11 accélérateurs différents pour nos étudiants, que ce soit en génie, en administration des affaires, ou encore en médecine. Nous les rassemblons grâce à des initiatives d’entrepreneuriat coordonnées, et nous les faisons travailler ensemble sur des projets, car les projets sont mieux réalisés quand un ingénieur, un futur gestionnaire de l’école Rotman et un étudiant en médecine travaillent de concert plutôt qu’en vase clos. 

“Les universités du pays entier ont des écosystèmes d’innovation très dynamiques.”

Pour qu’un écosystème d’innovation puisse progresser, il ne faut pas se fier uniquement aux petites sociétés, même si celles-ci sont importantes. C’est aussi l’affaire des grandes entreprises. En fait, dans des compagnies que j’ai contribué à créer dans le passé, pour recruter mon chef de l’exploitation, mon vice-président à la recherche-développement et mon vice-président à l’ingénierie, je suis allé voir dans de grandes entreprises de la région, pour voir qui était le gestionnaire principal de telle ou telle unité opérationnelle; qui était gestionnaire ou directeur de l’ingénierie dans une certaine branche de l’entreprise, car ces personnes pouvaient devenir des candidats parfaits pour des postes de haute gestion au sein de ma compagnie. 

Ainsi, les écosystèmes d’innovation doivent prendre de la maturité, progresser. Le terme « écosystème » est très bien choisi. Nous avons besoin d’entreprises de toutes les tailles – petites, moyennes et grandes – pour développer un bassin de talent, et créer ce qu’on appelle « l’effet de volant ».

Vous pouvez imaginer des chefs de file en technologie ou en affaires, venus de grandes sociétés, qui décident d’aller diriger de petites compagnies, jusqu’à ce qu’elles grandissent – et ces dirigeants grandissent avec elle – pour ensuite retourner, peut-être, vers leur grande société ou dans le secteur entrepreneurial à l’avenir. C’est un mouvement très dynamique de main d’œuvre talentueuse, tant sur le plan scientifique et technique qu’administratif, et c’est très important pour la maturité d’un écosystème florissant. Je pense qu’il faut travailler encore plus fort, comme nation, pour poursuivre dans ce sens.  


À quel point la recherche interdisciplinaire est-elle importante, comment pouvons-nous donner le coup d’envoi à plus de collaborations, et comment structurer celles-ci autour de la compétitivité du Canada? 

L’un des éléments les plus importants de la recherche novatrice et de ses applications consiste à générer de nouvelles idées et à se trouver à l’avant-garde de la génération de nouvelles idées. Il y a deux éléments pour ce faire, que le Canada ne peut se permettre de négliger. Le premier est l’élément mondial, ou international, et l’autre est l’interdisciplinarité.   

Sur le plan mondial, la science, le génie et les progrès technologiques au sens large, ainsi que le progrès dans le monde des affaires, s’inscrivent dans un contexte mondial, et si l’on devait se couper du reste du monde, on se priverait d’idées, d’inventeurs, de scientifiques et de chercheurs brillants venus d’ailleurs. Il est essentiel de faire partie de réseaux mondiaux pour participer à ces conversations et avoir un siège autour de la table. 

“Si l’on devait se couper du reste du monde, on se priverait d’idées, d’inventeurs, de scientifiques et de chercheurs brillants venus d’ailleurs.”

L’autre élément crucial de la génération d’idées est de trouver des possibilités créatives aux frontières de différentes disciplines, à leurs points de contact. Souvent, les premières étapes sont un peu frustrantes. En tant qu’ingénieur, si je parle avec un physicien chimiste, on ne se comprend pas vraiment durant nos premières conversations. Peut-être que les prochaines nous permettront de mieux nous comprendre un peu, d’essayer de saisir les recherches de l’autre, d’enseigner à l’autre notre vocabulaire ou nos équations ou les écrits sur lesquels nous nous appuyons, puis nous arrivons à cette étape magique nous générons des idées ensemble, et ce sont là des idées qui n’auraient jamais surgi si nous avions été isolés l’un de l’autre. C’est là que la magie se produit, mais ça prend un investissement soutenu, un peu de patience, et un engagement absolu envers le processus créatif de l’interdisciplinarité.  


Qu’est-ce que vous trouvez le plus emballant dans la recherche qui se fait dans les universités et institutions canadiennes? 

Je suis très enthousiaste par rapport à un sujet précis, et j’ai consacré une bonne partie de mes propres recherches à ce sujet. Il s’agit de prendre le dioxyde de carbone émis par nos usines d’acier et de ciment, et d’autres usines qui utilisent des combustibles fossiles, pour le combiner avec de l’électricité renouvelable afin de transformer les intrants chimiques et électriques en un produit plus précieux. 

Nous produisons notamment des combustibles de cette façon. Nous produisons du méthane, de l’éthanol et du propanol. Nous créons aussi des produits chimiques. Nous faisons de l’éthylène glycol, une industrie de 20 milliards de dollars, qui génère de bons profits et qui sert au secteur scientifique. De nos jours, l’éthylène glycol provient surtout de sources fossiles et génère une empreinte de carbone considérable. Je suis très content de travailler avec des équipes sur ce projet, équipes qui doivent être très nombreuses et multidisciplinaires. On y trouve des ingénieurs, des physiciens, de chimistes, des informaticiens qui cherchent à mettre au point des systèmes plus efficients et productifs, connus sous le nom d’électrolyseurs, pour transformer le CO2 en quelque chose d’utile. 


Quel serait votre message au Conseil des arts du Canada, aux prix Killam et aux autres gagnantes et gagnants? 

J’aimerais remercier les prix Killam et le Conseil des arts du Canada de souligner le merveilleux travail qui s’accomplit dans le pays, et j’aimerais mentionner que les prix Killam valorisent le travail dans toute une gamme de disciplines.  

J’ai parlé aujourd’hui des sciences physiques et du génie, car c’est ce que je fais dans la vie, mais il est tout aussi important d’investir, comme le fait le Conseil des arts du Canada par l’entremise des prix Killam, dans la recherche en sciences humaines et sociales, et bien sûr, dans les sciences de la vie. C’est quand on investit dans ces plateformes et qu’on trouve des liens entre elles qu’on observe des bienfaits économiques, mais aussi sociaux. 


Quel serait votre appel à l’action pour ceux et celles qui ont une influence sur l’avenir de l’économie du Canada, et à qui l’adressez-vous en particulier? 

Je m’adresserais au premier ministre et je dirais que nous nous trouvons face à de belles possibilités en ce moment; il s’agit de relever simultanément nos défis économiques et environnementaux. Les technologies propres deviendront une industrie de 5 billions de dollars dans quelques décennies, et elles continueront de croître. C’est une occasion en or de nous attaquer à ces problèmes en investissant de façon inégalée dans la science et ses applications. 

Ted Sargent
Vice-President, Research and Innovation, and Strategic Initiatives - University of Toronto

Bio: Ted Sargent is the Vice-President, International of the University of Toronto and a distinguished researcher and University Professor in the Edward S. Rogers Sr. Department of Electrical and Computer Engineering. He is the Canada Research Chair in Nanotechnology and the co-founder of InVisage Technologies and Xagenic 

 

Organization Profile: The University of Toronto is a globally top-ranked public research university located in Toronto, Ontario. It was founded in 1827 and is the oldest university in the province of Ontario. It comprises eleven colleges and has two satellite campuses in Scarborough and Mississauga.  

 

Bio: Ted Sargent est le Vice-président, international de l’Université de Toronto, un chercheur distingué et professeur d’université au Département de génie électrique et informatique Edward S. Rogers Sr. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en nanotechnologie et cofondateur d’InVisage Technologies et de Xagenic.

Profil de l’organisation : L’Université de Toronto est une université de recherche publique de premier rang mondial située à Toronto, en Ontario. Elle a été fondée en 1827 et est la plus ancienne université de la province de l’Ontario. L’université comprend onze collèges et deux campus satellites à Scarborough et à Mississauga.