Subscribe on YouTube and never miss an interview!
Sarah Carter
Professor, Department of History and Classics and the Faculty of Native Studies - University of Alberta

The Impacts of Canada’s Settler West

Published on

Listen to the Podcast:

Takeaways

  1. There was a deliberate undermining of First Nations economic initiatives and hopes for agricultural livelihoods by Canadian settlers, politicians and governments in Western Canada after the 1870s.
  2. Canada’s economy is still informed by its colonial past, which surfaces through the exclusions and obstacles to equal rights and opportunities experienced by marginalized groups.
  3. Canadians need a more educated and enlightened public on issues such as treaty rights and historical policies impacting Indigenous peoples.

Action

Premier Jason Kenney and his government should not cut funding and programming for the social sciences and humanities. Canada, and Alberta in particular, should encourage critical thinking and research and not take an anti-intellectual approach to education.

Les vidéos sont sous-titrés en français et le texte français suit ci-dessous.


Can you give us a summary of your area of research and its importance to Canada’s economy? 

My research for decades has focused on the Canadian Prairie West. I focus on the late-nineteenth and early-twentieth centuries in that region, looking at a variety of topics and issues. 

My most recent book is about the settlers’ suffragist movement on the Canadian Prairies and about the successes of this movement, but also their limitations and failures, and the blinkered vision that so many of its activists had. 

Before that, my most recent book was Imperial Plots: Women, Land, and the Spadework of British Colonialism on the Canadian Prairies, about the gendered system of land allotment on the Prairies and how women were virtually excluded from the 160-acre homestead grant that was available to virtually every immigrant male over the age of 18. This was in marked contrast to the United States’ West. It is a study of how there was a fierce determination in the Canadian Prairies to see that both settler and Indigenous women had very few options outside of marriage.  

I did an earlier study of how the monogamous model of marriage was imposed on the very diverse peoples of Western Canada, including not only Indigenous peoples but also immigrant groups like the Mormons, and the way in which marriage was policed and monitored, especially to control women’s opportunities—again, ensuring they had few options outside of marriage.  

“There was this deliberate undermining of Indigenous economic initiatives and economic hopes for a future of agriculture on First Nations reserves.”

My first book was on agriculture on First Nations reserves, mainly in southern Saskatchewan. It describes an era of significant progress for 15 years after the 1870 treaties, followed by steps taken by governments, politicians and settlers to undermine Indigenous success in agriculture through a peasant farming policy that restricted their acreages and also limited their livestock to a cow or two. There was this deliberate undermining of Indigenous economic initiatives and economic hopes for a future of agriculture on First Nations reserves. Those are some examples of the work I have done.  

There is always a longstanding interest in the land, and land is the bedrock foundation of the Western Canadian society and economy. I look at who got land, what people were denied land, what myths and ideas circulated about who ought to have land, and how this was translated into policies of both the Department of Indian Affairs and the Department of the Interior. I also look at marginalized groups, and the history of women, Indigenous peoples, homesteaders and other ordinary people. Those are some of the ideas that I have developed over many decades.  


What is the importance of your area of study to today’s society and economy?  

One cannot live in the Prairie West or in Canada as a whole without realizing the profound legacies of the colonial era. These legacies surround us, and do so in so many ways.  

We see this very clearly in such issues as the investigation into missing and murdered Indigenous women. There are so many ways in which we still experience the exclusions and obstacles to equal rights and opportunities that were embedded in the colonial era. I have always contended that we need to examine and lay bare the exclusions and inequalities of that era to understand how we arrived where we are today and how we can move forward. 


What are your thoughts on reconceptualizing Canada’s history? What are the risks and opportunities of doing that?  

Reconceptualizing history is what historians do all the time. For example, the way I have written most recently about the Prairie settler women’s suffrage movement would be very different from how someone would have written about this 50 years ago. Back then, the approach would be to celebrate these women as heroines, whereas my approach is much more critical.  

“I think we need to step away from these former narratives of progress that really characterize the history that was written up until the 1960s.”

Yes, we should recognize our successes, but we need to recognize also their limitations. History, not very long ago, was written by a small group of mainly Euro-Canadian, white males, and that has changed dramatically over the years. In the time I have been working in this field, the number of historians at work has increased and the faculty of history departments has become much more diverse. This new generation brings different perspectives, voices, interests and approaches. 

This is what history is about: it is continually reconceptualizing the past, and I think we need to step away from these former narratives of progress that really characterize the history that was written up until the 1960s.  

Your question is also about the risks, and I do see some risks in that we need to be careful about replacing this celebratory approach or narrative of progress with a form of outright condemnation—we used to say things are good, now we say they are bad. We need to recognize more nuance and complexity. We should not simplistically label people as good or bad, but really dig deeper and ask: good or bad where? What? When? For whom? 

One example is John A. Macdonald. I do understand why he has become this lightning rod or symbol for those who want to clearly recognize the legacies of our colonial past. But I am also glad that, as a student, I was able to study the ideas of John A. Macdonald, his politics, and how he became such an important person in the whole conceptualization of British North America. I am glad that I did learn about him, and I would be very sorry if we were condemning him and not still teaching our students some of the things he did. We also need to understand why someone like him held these beliefs, ideas and practices at that time.  

Content continues below ↓

What must Canadians understand about settler history to move forward with reconciliation? 

For me, in addressing reconciliation, and when I look at the recommendations of the Truth and Reconciliation Commission, I am very hopeful about their emphasis on education—that we should have a much more enlightened public. In particular,  we need to have a much more enlightened public on such issues as treaties. They are the foundation of the peaceful settler society that was created here in Western Canada. 

“We need to have a much more enlightened public on such issues as treaties.”

We also have to understand such issues as the pass system. For decades the pass system prevented First Nations peoples from leaving their reserves without permission from a non-Indigenous farm instructor or an Indian agent. This would have had huge repercussions on First Nations peoples’ ability to participate in the broader economy, as did certain clauses in the Indian Act.  

We need to really educate our students on this, and challenge the settler myths and assumptions that have surrounded participation in the economy and agriculture in order to really understand the history and move forward. My hope is that we can do this through education.  


If you could pitch to someone in a position of power to strengthen Canadian excellence in research, who would you pitch and what would you urge them to do? 

I would pitch Premier Jason Kenney and his ministers, particularly his education minister. I would ask them not to dismantle our post-secondary education system and not dismantle the history and humanities curriculum in public schools—the primary schools and high schools.  

I would argue that we need to educate the next generations. We are not just training students for vocations, we want to educate them. Research and critical thinking are not the enemy. We should not be gutting our ability to produce research and critical thinking. Let’s not encourage ignorance.  

“We are in danger of really gutting our universities with the present anti-intellectual approach and cuts to education.”

I am worried about an institution like Campus Saint-Jean, here at the University of Alberta, which is such an important Franco-Albertan institution. It allows so many of our students to become bilingual if they are not already, which is so important for their participation in Canadian life. That would be my pitch, and I am afraid that we are in danger of really gutting our universities with the present anti-intellectual approach and cuts to education.  


Version française

Les traces de la colonisation dans l’Ouest canadien

Takeaways

  1. Après les années 1870, dans l’Ouest canadien, les colons, les politiciens et les gouvernements canadiens ont délibérément nui aux initiatives économiques et aux espoirs des peuples autochtones en ce qui a trait à l’agriculture de subsistance.
  2. L’économie canadienne est toujours marquée par son passé colonial, qui refait surface sous forme d’exclusion et d’obstacles à l’égalité des droits et des possibilités pour les groupes marginalisés.
  3. La population canadienne doit être mieux instruite et informée sur différents enjeux, comme les droits issus de traités et les politiques historiques qui ont une incidence sur les peuples autochtones.

Action

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, et son gouvernement ne devraient pas couper les vivres aux programmes de sciences humaines et sociales. Le Canada, et l’Alberta en particulier, devrait stimuler la pensée critique et la recherche, et abandonner l’approche anti-intellectuelle en éducation.

Pouvez-vous nous fournir un résumé de votre domaine de recherche et de son importance pour l’économie canadienne? 

Depuis des décennies, mes recherches portent sur les Prairies de l’Ouest canadien. Je m’intéresse surtout à la fin du 19e siècle et au début du 20e au sein de cette région, et j’aborde une variété de thèmes et de problématiques. 

Mon dernier livre parle du mouvement des suffragettes au sein des colonies des Prairies canadiennes. Il aborde les succès de ce mouvement, mais aussi ses limites et ses échecs, et la vision restreinte que plusieurs de ces militantes avaient. 

Auparavant, j’ai écrit un livre intitulé Imperial Plots: Women, Land, and the Spadework of British Colonialism on the Canadian Prairies, qui portait sur le système genré d’attribution des terres dans les Prairies, et notamment sur la façon dont les femmes étaient virtuellement exclues des concessions terrestres de 160 acres offertes à pratiquement tous les immigrants de sexe masculin de plus de 18 ans. Le tout offre un contraste saisissant avec ce qui se faisait dans l’Ouest des États-Unis. Cette étude montre que dans les Prairies canadiennes, on était résolus à limiter les femmes des colonies et les femmes autochtones dans leurs options hors du mariage. 

Auparavant, j’ai étudié comment le modèle de mariage monogame a été imposé à divers peuples de l’ouest du Canada, dont les peuples autochtones et des groupes immigrants, comme les mormons, et la façon dont le mariage était surveillé et contrôlé, surtout pour s’assurer que les femmes disposaient de moins de possibilités – hors du mariage, encore une fois. 

Mon tout premier livre parlait de l’agriculture dans les réserves des Premières Nations, surtout dans le sud de la Saskatchewan. Il traitait notamment de la période de progrès significatifs qu’il y a eu 15 ans après les traités de 1870, puis des démarches entreprises par les gouvernements, les politiciens et les colons pour miner les succès agricoles des Autochtones par l’entremise d’une politique sur l’agriculture paysanne qui limitait la taille de leurs terres, et celle de leur bétail à une vache ou deux. On a miné délibérément les initiatives économiques des Autochtones et leur espoir économique d’un avenir agricole sur les réserves des Premières Nations. Voilà quelques exemples de travaux que j’ai réalisés. 

“On a miné délibérément les initiatives économiques des Autochtones et leur espoir économique d’un avenir agricole sur les réserves des Premières Nations.”

Les terres ont toujours suscité un grand intérêt, et elles sont le fondement de la société de l’Ouest canadien et de son économie. J’étudie qui a eu droit aux terres, à qui on les a refusées, et quels mythes et idées circulaient au sujet de ceux qui méritaient des terres et comment cela s’est traduit en politiques par le ministère des Affaires indiennes et le ministère de l’Intérieur. J’ai aussi étudié les groupes marginalisés et l’histoire des femmes et des peuples autochtones, des gens ordinaires et des colons. Ce sont là quelques-unes des idées que j’ai abordées au fil des décennies. 


Quelle est l’importance de votre domaine d’étude pour la société et l’économie d’aujourd’hui? 

On ne peut pas vivre dans les Prairies ni au Canada d’ailleurs, sans constater les traces durables de l’ère coloniale. Celles-ci nous entourent, de mille et une façons.  

On le voit clairement dans des enjeux comme les enquêtes sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. L’exclusion et les obstacles à l’égalité des droits et aux possibilités découlant de l’ère coloniale persistent encore de nombreuses différentes façons. J’ai toujours affirmé qu’il faut examiner et mettre à nu les exclusions et les inégalités de cette époque pour comprendre comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle et aller de l’avant. 


Quelles sont vos perspectives sur la reconceptualisation de l’histoire canadienne? Quels sont les risques et les possibilités qui y sont associés? 

La reconceptualisation de l’histoire, c’est ce que les historiens font tout le temps. Par exemple, la façon dont j’ai écrit, tout récemment, sur les suffragettes, est très différente de la façon dont quelqu’un d’autre aurait pu écrire sur ce mouvement il y a 50 ans. À l’époque, l’approche aurait été de célébrer ces femmes comme des héroïnes, mais mon approche est beaucoup plus critique. 

“Il faut s’éloigner de ces discours sur le progrès qui caractérisent l’histoire telle qu’elle a été écrite jusque dans les années 1960.”

Bien sûr, il faut reconnaître nos succès, mais il faut aussi reconnaître leurs limites. L’histoire, il n’y a pas si longtemps, était écrite par un groupe restreint, essentiellement composé d’hommes blancs eurocanadiens, mais cela a changé considérablement au cours des années. Il y a aujourd’hui beaucoup plus de diversité parmi les historiens qui travaillent dans mon domaine et les personnes qui fréquentent la Faculté ou les départements d’histoire. Ces gens nous apportent des perspectives, des voix, des champs d’intérêt et des approches différentes. 

Et c’est bien là le mot d’ordre de l’histoire : de reconceptualiser sans cesse le passé, et je crois que c’est pour cela qu’il faut s’éloigner de ces discours sur le progrès qui caractérisent l’histoire telle qu’elle a été écrite jusque dans les années 1960. 

Vous me posez aussi une question sur les risques, et je vois effectivement certains écueils : il ne faut pas, par exemple, remplacer cette approche de pure célébration du progrès par une forme de condamnation catégorique – on disait que les choses étaient bonnes, et maintenant on dit qu’elles sont mauvaises. Il faut reconnaître plus de nuances et de complexité. Nous ne devons pas simplement catégoriser les gens de bons ou de mauvais, mais plutôt aller plus loin et nous demander : bons ou mauvais à quel endroit? À quel moment? Et pour qui? 

Un bon exemple serait John A. Macdonald. Je comprends pourquoi il est devenu cet emblème de prédilection pour ceux qui veulent reconnaître les conséquences de notre passé colonial. Mais je suis aussi heureuse que dans mes études, j’aie pu étudier ses idées et ses politiques, et apprendre pourquoi il est devenu un personnage aussi important dans la conceptualisation de l’Amérique du Nord britannique. Je suis heureuse d’avoir appris des choses sur lui, et je serais désolée qu’on le condamne et qu’on n’enseigne plus à nos étudiants ce qu’il a fait. Il faut comprendre pourquoi quelqu’un comme lui avait de telles croyances, idées et pratiques, à l’époque. 


Qu’est-ce que les Canadiennes et les Canadiens doivent comprendre sur l’histoire coloniale pour parvenir à la réconciliation? 

Pour moi, quand il s’agit de réconciliation, et quand j’observe les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, ce qui me remplit d’espoir, c’est l’accent mis sur l’éducation – de mieux instruire le public – il faut que le public soit mis au fait des enjeux, comme ceux des traités. Ceux-ci sont à la base de la société coloniale pacifique qui a été créée ici dans l’Ouest canadien. 

Il faut aussi comprendre des enjeux comme le système de laissez-passer. Celui-ci empêchait, pendant des décennies, les membres des Premières Nations de quitter leur réserve sans la permission d’un instructeur agricole non autochtone ou d’un agent des Indiens. Cela a eu des répercussions énormes sur leur capacité à participer à l’économie, tout comme certaines dispositions de la Loi sur les Indiens

Il faut vraiment éduquer nos étudiants sur ces réalités et contester les mythes et les hypothèses coloniales qui entourent la participation économique et agricole, afin de mieux comprendre l’histoire et de pouvoir avancer. Mon espoir est que cela peut se faire grâce à l’éducation. 


Si vous pouviez présenter un argumentaire en faveur du renforcement de l’excellence en recherche au Canada à une personne en position de pouvoir, à qui vous adresseriez-vous, et que leur diriez-vous? 

Je m’adresserais au premier ministre Jason Kenney et à ses ministres, surtout la ministre de l’Éducation. Je leur demanderais de ne pas démanteler notre système d’éducation postsecondaire et de ne pas démanteler le programme d’histoire et de sciences humaines dans les écoles publiques, primaires comme secondaires. 

J’affirme qu’il faut éduquer les prochaines générations. Nous ne faisons pas que former des étudiants pour des métiers, nous voulons les instruire. La recherche et l’esprit critique ne sont pas des ennemis, et nous ne devrions pas saccager notre capacité de produire des recherches et des réflexions critiques. N’encourageons pas l’ignorance. 

“J’ai bien peur que nous soyons en danger d’amputer nos universités, en raison de l’approche anti-intellectuelle actuelle, et des compressions prévues en éducation.”

Je suis inquiète pour un établissement comme le Campus Saint-Jean ici, à l’Université de l’Alberta. Ce campus franco-albertain est tellement important, il permet à tant d’étudiants de devenir bilingues, s’ils ne le sont pas déjà, ce qui est important pour leur participation à la vie canadienne. Voilà mon argumentaire, et j’ai bien peur que nous soyons en danger d’amputer nos universités, en raison de l’approche anti-intellectuelle actuelle, et des compressions prévues en éducation. 

Sarah Carter
Professor, Department of History and Classics and the Faculty of Native Studies - University of Alberta

Bio: Dr. Sarah Carter is a Professor and the Henry Marshall Tory Chair in the University of Alberta’s Faculty of Native Studies and the Department of History and Classics. Her research primarily focuses on the history of Indigenous peoples and gender relations in Western Canada. She recently won the 2020 Killam Prize in the Humanities. 

 

Organization Profile: The University of Albertafounded in 1908, is a public research university located in Edmonton, Alberta. It is considered a comprehensive academic and research university, offering a range of academic and professional programs. The university has 39,000 students and 400 programs in 18 faculties.  

 

Bio: Sarah Carter, Ph. D. est professeure à la Faculté des études autochtones de l’Université de l’Alberta et titulaire de la chaire Henry Marshall Tory au Département d’histoire et d’études classiques. Ses recherches portent sur l’histoire de l’Ouest canadien, notamment sur les peuples autochtones et les relations entre les genres. Récemment, elle a remporté le prix Killam de 2020 en sciences humaines. 

 

Profil de l’organisme : L’Université de l’Alberta est une université de recherche publique située à Edmonton, en Alberta. Fondée en 1908, elle est considérée comme un établissement d’études et de recherche polyvalent, avec sa grande diversité de programmes universitaires et professionnels. L’Université compte 39000étudiants et 400programmes, répartis en 18facultés.