Stephen Gill headshot
Stephen Gill
Distinguished Research Professor of Political Science - York University

Adopting a Long-Term Outlook for the Benefit of Canada’s Future

Published on

La vidéo et le texte français suivent ci-dessous.

Listen to the Podcast:

Takeaways

  1. Canada’s current economic policies do not recognize the inequalities that people face and how these differences impact them.
  2. Canadian politicians and businesses tend to have a short-term outlook which makes planning for a sustainable and equitable future difficult.
  3. More social science research is necessary to help educate the populace and the government to make better decisions.

Action

The government should dedicate resources to set up a department or ministry that is expressly focused on tackling the problems of the future. Adopting a more long-term outlook, aided by social science research, can help these existential questions be addressed in more equitable and sustainable ways.


What is your area of focus? 

It is very good to speak to you this morning. Ever since I was a young man growing up in Britain, I was very interested in the rest of the world. In my academic works and subsequently my research, I sought to develop a perspective on the world drawing on a number of social science disciplines such as politics, political economy and world constitutionalism. Over the last two to three decades, I have increasingly focused on global health, sustainability issues and global ecology and how they interact with other elements of the social world that we live in. My main focus is on issues of ethics, power, justice, sustainability and trying to grow critical thinking and move towards more equitable policies that would allow all people to live a decent and flourishing life. 


What are your theories on the global political economy and how are they relevant to Canada’s current and future economy? 

The current economic system in Canada is being overwhelmed by the COVID-19 pandemic. All countries are being impacted by this, some worse than others and I will get to the inequalities of that on a world scale at some point. The inequalities that exist within Canada’s labour force have also been highlighted. The pandemic has illustrated how racialized and marginalized workers are significantly exposed to the COVID-19 pandemic at the frontline while being crucial to keeping our medical systems alive so we can all cope with the virus. 

One of the manifestations of this shift in our economic situation is how large numbers of women have had to step out of the labour force to go home and meet caring needs and look after their children and elder relatives. This highlights what feminist political economist, Professor Isabella Bakker, one of my colleagues at York University, and I call social reproduction. We have collaborated on a book where we conceptualized the global political economy as involving not just states and markets but also the structures of power, production and social reproduction. 

“Many economic policies, particularly those practiced in Canada, treat people as if they are all the same, but people are impacted differently by policies.”

Social reproduction theory forces us to look at the role both men and women, rich and poor, play in providing unpaid care work. They also do unpaid work in hospitals, schools, offices, factories, journalism and more. It allows us to see how different people are impacted differently by policies. Many economic policies, particularly those practiced in Canada, treat people as if they are all the same, but people are impacted differently by policies. That set of policies reflects a conventional wisdom in economics that treats workers in a generic way, without ever differentiating them even according to a broad category such as gender, racialization or social class. Policies that do not recognize inequalities produce less productive workers, less active citizens and deny dignity to people as human beings. That is one real-world connection between theory and the way we understand our economy.

I made mention of my own conceptualization of the cultural and social aspects of elements of capitalism, called market civilization or capitalist market civilization. Canada has a version of capitalist market civilization. It is not precisely the same as that of the United States, but we have an energy-intensive economy that is highly consumerist, wasteful and driven by individualistic values and unhealthy structures of the type that we have just been talking about. That tends to discourage long-term planning for the future and considerations of sustainable future options.


What are the strengths and weaknesses of Canada’s political economy? 

Canada is a continental space. It has enormous space and resources. It really is a country of the future in that sense. It has a relatively well-educated population and a relatively tolerant society in broader terms. It benefits hugely from the arrival of many newcomers as immigrants or refugees, and I see the offspring of these people at York University in my classrooms because the majority of students at York are working-class students who come from first to second-generation immigrant families. 

Canada has a very good healthcare system and its performance during the pandemic has been outstanding. We have a very good university system. I may criticize universities here sometimes but I have to step back and compare them to universities in other parts of the world, which shows that we have very good institutions, research bases and platforms for new ideas and innovation. Canada has all these creative aspects, which is a massive plus.

One of Canada’s weaknesses is the short-term outlook of our politicians and businesses. They tend to be obsessed with stock market values and shareholders and it is a problem that is amplified by our tax system. 

“Pollution affects poor workers and communities much more severely than people who live in the countryside or more affluent parts of cities.”

We also need to pay attention to other factors. For example, Canada has an automobile culture in its cities. One of the biggest health threats in the world, which actually kills more people than the pandemic has, is pollution. Pollution affects poor workers and communities much more severely than people who live in the countryside or more affluent parts of cities. 

Finally, another weakness is that Canada is overly dependent upon the US market and American economic policies. There is a very good reason for that, which is because we are an export-based economy and the US is by far our biggest market, but we have to be careful to diversify. 

Content continues below ↓

What and who would you pitch to strengthen research excellence in Canada?

I would talk to the Prime Minister and ask him to create a ministry for the future that would address, with generous funding, facilitating much more research in social science to deal with the problems of tomorrow as well as other issues of the future. Governments should do what is fundamentally necessary to deal with the problems of the future. These are existential questions where we need to figure out what to do. It is clear to me that a fairly healthy and well-educated society is a massive benefit to the economy.


Version française

L’adoption d’une perspective à long terme pour le futur du Canada

Écoutez le balado:

Points clés

  1. Les politiques économiques actuelles du Canada ne reconnaissent pas les inégalités auxquelles les gens sont confrontés et l’impact que ces différences ont sur eux.
  2. Les politiciens et les entreprises canadiennes ont tendance à avoir une vision à court terme, ce qui rend difficile la planification d’un avenir durable et équitable.
  3. Plus de recherche en sciences sociales est nécessaire pour aider à éduquer la population et le gouvernement à prendre de meilleures décisions.

Appel à l’action

Le gouvernement devrait consacrer des ressources à la création d’un département ou d’un ministère expressément axé sur la résolution des problèmes de l’avenir. Adopter une perspective à plus long terme, aidée par la recherche en sciences sociales, peut aider à aborder ces questions existentielles de manière plus équitable et durable.


Quel est votre principal domaine d’étude ?

Depuis que je suis jeune, j’ai été très intéressé par le reste du monde. En grandissant en Grande-Bretagne, et dans mes travaux universitaires et mes recherches, j’ai commencé à développer une perspective sur le monde en m’inspirant d’un nombre de disciplines des sciences sociales, politiques, de l’économie politique, et du constitutionnalisme mondial.

Au cours des deux ou trois dernières décennies, je me suis de plus en plus concentré sur les problèmes de santé, de durabilité mondiale, de l’écologie mondiale, et de leur interaction avec les autres éléments du monde social dans lequel nous vivons. Mon intérêt principal est sur les questions d’éthique, de pouvoir, de justice et de durabilité – et surtout sur l’idée d’essayer de développer la pensée critique et d’aller vers des politiques plus équitables qui permettraient aux gens de vivre une bonne vie dans laquelle ils s’épanouissent. 

Quelles sont vos théories sur l’économie politique mondiale et en quoi sont-elles pertinentes pour le système économique actuel et futur du Canada?

Le système économique actuel du Canada est complètement dépassé par la pandémie de COVID-19. Dans un sens, tous les pays sont touchés par cela, certains pires que d’autres. Mais la pandémie du Covid a souligné les inégalités qui existent au Canada au sein de notre main-d’œuvre. Elle a illustré comment les travailleurs racialisés et marginalisés ont été considérablement exposés en première ligne et ils ont vraiment été cruciaux pour maintenir nos systèmes de soins et médicaux pour que nous puissions tous faire face au virus.

Une des manifestations de ce changement dans notre situation économique est la façon dont un grand nombre de femmes ont dû quitter le marché du travail pour rentrer chez elles afin de répondre aux besoins de soins, de s’occuper de leurs enfants, de leurs parents plus âgés. Cela met en évidence ce que l’économiste politique féministe, la professeure Isabella Bakker, une de mes collègues de l’Université York et moi-même appelons la « reproduction sociale ».

“La théorie de la reproduction sociale nous oblige à examiner le rôle des hommes et des femmes, riches et pauvres, dans la prestation des soins non rémunérés,”

La théorie de la reproduction sociale nous oblige à examiner le rôle des hommes et des femmes, riches et pauvres, dans la prestation des soins non rémunérés et aussi la façon dont le travail rémunéré est exécuté dans les hôpitaux, les écoles, les bureaux et les usines – ou dans votre profession, le journalisme. Cela nous permet de voir comment différentes personnes sont affectées différemment par les politiques. Le problème est que les politiques économiques, en particulier celles qui sont pratiquées au Canada, traitent les gens comme s’ils sont tous les mêmes mais, en fait, les gens sont touchés différemment par les politiques. Cet ensemble de politiques reflète des pratiques en économie qui traite les travailleurs de manière générique comme s’ils ne les différenciaient jamais, même selon une large catégorie telle que le sexe, la racialisation, la classe sociale ou d’autres. Les politiques qui ne reconnaissent pas les inégalités produisent des travailleurs moins productifs, des citoyens moins actifs et enlèvent la dignité aux personnes en tant qu’êtres humains. Je pense que cela est un lien très réel entre la théorie et la façon dont nous comprenons notre économie en général.

L’autre élément de la réalité du Canada je l’ai appelée une « civilisation de marché » ou une « civilisation de marché capitaliste ». Le Canada a une version de la civilisation de marché capitaliste. Ce n’est pas exactement la même que celle des États-Unis mais nous avons une économie énergivore, axée vers la consommation, très gaspilleuse, et qui est souvent animé par des valeurs très individualistes et des structures souvent malsaines – du type que nous venons de parler. Encore une fois, cela a tendance à aller à l’encontre de la planification à long terme et de la réflexion sur l’avenir, et la considération d’options futures qui sont durables.


Comment caractériseriez-vous l’économie politique du Canada aujourd’hui et que considérez-vous comme nos forces et nos faiblesses? Comment pouvons-nous nous améliorer?

Le Canada est un pays continental : il est énorme avec un espace et des ressources extraordinaires. C’est vraiment un pays de l’avenir dans ce sens. Il a une population relativement bien éduquée et une société relativement tolérante en termes larges. Il profite énormément de l’arrivée de nombreux nouveaux arrivants en tant qu’immigrants ou réfugiés, et je vois les enfants de ces personnes à l’Université York dans mes salles de classe parce que la majorité des étudiants à York sont des étudiants de la classe ouvrière qui viennent de parents immigrants de première à deuxième génération.

Le Canada a un très bon système de santé et sa performance pendant la pandémie a été exceptionnelle. Et nous avons un très bon système universitaire. Même si on compare nos universités à celles dans d’autres régions du monde nous avons de très bonnes universités et nous avons une très bonne base de recherche, ainsi qu’une plate-forme pour les nouvelles idées et l’innovation. Le Canada a de très bons aspects, ce qui, à mon avis, est un énorme avantage.

“Une des faiblesses du Canada est la perspective à court terme de nos politiciens et de nos entreprises.”

Maintenant, pour les faiblesses. Une des faiblesses du Canada est la perspective à court terme de nos politiciens et de nos entreprises. Ils ont tendance à être obsédés par les valeurs boursières et par les actionnaires, et c’est un problème qui est amplifié par notre régime fiscal.

Nous devons également prêter attention à d’autres facteurs. Par exemple, le Canada a une culture automobile dans ses villes et un des plus grands risques pour la santé au monde, qui tue en fait plus de personnes que la pandémie n’en a officiellement tué actuellement, c’est la pollution. La pollution affecte les travailleurs et les communautés pauvres beaucoup plus gravement que les personnes qui vivent à la campagne ou dans des régions plus riches.

Enfin, je pense qu’une autre faiblesse est que le Canada est probablement dépendant du marché américain et des politiques économiques américaines. Il y a de très bonnes raisons pour cela, bien sûr, car notre économie est basée sur l’exportation et les États-Unis sont de loin notre plus gros marché, mais nous devons faire des efforts pour nous diversifier.


Si vous aviez 30 secondes pour vendre vos idées à une personne en position de pouvoir pour renforcer l’excellence de la recherche au Canada, à qui présenteriez-vous et que lui conseilleriez-vous de faire ?

Je parlerais au Premier ministre et je lui demanderais de créer un « Ministère du Futur » qui s’occuperait réellement des problèmes de demain ainsi que d’autres questions reliées au futur – et ce avec un financement généreux et beaucoup plus de recherche en sciences sociales –.

Nos gouvernements doivent faire ce qui est fondamentalement nécessaire pour faire face aux problèmes de l’avenir. C’est une question existentielle mais c’est aussi une question de savoir quoi faire car il est clair pour moi qu’une société saine et bien éduquée est un avantage énorme pour l’économie.

Stephen Gill headshot
Stephen Gill
Distinguished Research Professor of Political Science - York University

Bio: Stephen Gill is the Distinguished Research Professor of Political Science, Communications and Culture at York University. He is also a Fellow of the Royal Society of Canada and a Senior Associate Member of St. Anthony’s College, Oxford University. His area of focus is in the fields of International Relations, Global Political Economy and Social and Political Theory. 

Organization Profile: York University is a public research university in Toronto, Ontario, Canada. It is Canada’s fourth-largest university with approximately 55,700 students and 7,000 faculty and staff. Many of its faculties are internationally renowned, including its film school, environmental studies, business school, law school and graphic design program.

 

Bio:  Stephen Gill est professeur de recherche distingué en science politique, communications et culture à l’Université York. Il est également membre de la Société royale du Canada et membre associé principal du Collège St. Anthony à l’Université d’Oxford . Son domaine d’étude se situe dans les domaines des relations internationales, de l’économie politique mondiale, et de la théorie sociale et politique.    

 

Organization Profile:  L’Université York est une université publique de recherche à Toronto. C’est la quatrième plus grande université du Canada avec environ 55 700 étudiants et 7 000 professeurs et employés. Bon nombre de ses départements sont de renommée internationale, notamment son école de cinéma, ses études environnementales, son école de commerce, sa faculté de droit et son programme de design graphique.